Ecoutez Radio Sputnik
    Chypre du Nord : entre la Turquie et l’Europe

    Chypre du Nord : entre la Turquie et l’Europe

    © Photo : ru.wikipedia.org/Nicholas Hodder/сс-by-sa 3.0
    Actualités
    URL courte
    0 04
    S'abonner

    La République turque de Chypre du Nord ou simplement Chypre du Nord est un des plus anciens États non reconnu internationalement.

    Créée en 1974, la république a été proclamée en novembre 1983.

    Depuis, seule la Turquie a reconnu sa souveraineté. Cette situation ne changera sans doute pas dans un proche avenir.

    La République indépendante de Chypre a été proclamée en 1960. La même année elle a été divisée en deux communautés autonomes : turque et grecque. Les Chypriotes grecs se prononçaient alors en faveur du rattachement à la Grèce (Enosis). Ce qui a contribué à aggraver les tensions entre les deux communautés. Soutenu par la junte des colonels noirs, un Coup d’Etat a été organisé en 1974 à Chypre. Sous prétexte de rétablir l’ordre constitutionnel, la Turquie a envoyé ses troupes dans l’île. La République de Chypre s’est retrouvée amputée de plus de 30 % de son territoire contrôlé par l'armée turque. En effet, le but d’Ankara était d’empêcher le rattachement de Chypre à la Grèce. Les négociations entre communautés qui ont suivi n’ont mené à rien. En février 1975 l'État fédéré turc de Chypre a été proclamé dans la zone contrôlée par la Turquie. En 1983, le secteur turc a proclamé son indépendance : la République de Chypre du Nord.

    Chypre du Nord est reconnue exclusivement par la Turquie. Le droit international soutient les Chypriotes grecs. En 1983 le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une résolution qui mettait l’accent sur le statut illégal de la République turque de Chypre du Nord. En même temps, bien que les parties mènent des négociations sur la réunification, chacune d’elles a ses raisons de maintenir le statuquo.

    « A l’époque où il était question de l’adhésion de Chypre à l’UE, le secrétaire général des Nations Unis Kofi Annan a proposé un plan de réunification au sein de l’UE qui porte son nom. Le plan Annan a été rejeté par les Chypriotes du Sud qui redoutaient l’intégration turque d’envergure non seulement à Chypre du Nord, mais également dans toute l’île. En d’autres termes, la majorité a voté contre l’adhésion simultanée », explique Alla Iazkova, chef du Centre des pays méditerranéens et de la mer Noire à l’Institut de l’Europe.

    C’était une chance réelle de réunification. Néanmoins, cette variante n’arrangeait pas Ankara. De plus, dans la deuxième moitié des années 2000, des réserves d’hydrocarbures ont été trouvées sur le plateau continental de Chypre. Les Chypriotes grecs ne sont pas pressés de partager les revenus des exportations avec leurs voisins du Nord. Cela signifie que le problème chypriote ne sera pas réglé dans un proche avenir. T

    Lire aussi:

    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    Premières dégradations à Paris en marge de la manifestation du 5 décembre - images
    La France va expérimenter dès 2020 une «monnaie centrale digitale»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik