Ecoutez Radio Sputnik
    Ukraine : la présidentielle anticipée ne résoudra pas les contradictions

    Ukraine : la présidentielle anticipée ne résoudra pas les contradictions

    © Photo : La Voix de la Russie
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a accepté la tenue d’une élection présidentielle anticipée et le retour du pays à la Constitution de 2004, c’est-à-dire à la forme parlementaire de gouvernement. Or les experts considèrent que les problèmes du pays sont plus profonds et que le passage du pouvoir à l’opposition, s’il a lieu, ne permettra pas de résoudre les contradictions essentielles divisant la nation ukrainienne.

    En plus de 20 années d’indépendance l’Ukraine n’a toujours pas formulé les questions des objectifs et des formes du développement national, est persuadé Fiodor Loukianov, rédacteur en chef de la revue La Russie dans la politique globale. Dans cette situation la stimulation par l’Europe et les Etats-Unis des protestations a ébranlé les fondements de l’Etat. M. Loukianov prévient que les reflexes géopolitiques combinés aux clichés idéologiques conduisent à une crise profonde.

    « Les idées et la stratégie sont remplacées par une opinion toute faite : il y a un peuple qui aspire au choix européen et un régime pourri qui l’en empêche. Je ne contesterais même pas la deuxième partie du poncif. Mais du moment qu’on tente d’appliquer ce schéma à un pays complexe, on obtient ce que l’on n’avait pas prévu. Ce qui se passe en Ukraine depuis l’automne n’est que le sommet de l’Iceberg. Les contradictions se sont accumulées au fil des années et des décennies. »

    L’élection anticipée même avec le retour à la Constitution de 2004 ne résoudra pas les contradictions fondamentales, estime Konstantin Zatouline, directeur de l’Institut de la CEI.

    « Je vois mal comment le vainqueur de la présidentielle anticipée sera reconnu par l’ensemble du pays. Si c’est un représentant de l’Est (du pays), il ne sera pas reconnu à l’Ouest, et inversement. Le pouvoir et l’opposition aspirent à dominer toute l’Ukraine. Si les passions n’étaient pas déchaînées à ce point, il serait beaucoup plus simple et humain de tracer une sorte de ligne de partage d’après le modèle tchécoslovaque, quand l’Ouest et l’Est de la république, comprenant la différence des objectifs et des dispositions d’esprit, s’entendent pour coexister pacifiquement, mais pas dans un même Etat. »

    Aucune élite politique, capable de gérer le pays ne s’est encore formée en Ukraine. Sur la scène politique ukrainienne on ne voit pas de personnalité de nature à remplacer M. Ianoukovitch dans le contexte actuel. C’est peut-être pour cette raison que la forme de gouvernement parlementaire paraît pour nombre d’analystes la plus appropriée. Le pays se trouve à une étape cruciale de son histoire. En ce moment des principes de base, des idées et des conceptions sont formulés, conformément auxquels les Ukrainiens vont vivre à l’avenir. L’espoir demeure qu’ils parviendront à franchir les rapides, à éviter une catastrophe nationale et à conduire le navire très éprouvé par la tempête de l’Etat ukrainien vers des eaux calmes. T

    Lire aussi:

    «Personnellement, je ne vois pas en rose l’avenir de l’Ukraine»
    Ukraine: erreur 404
    Aux Pays-Bas, le parlement ignore la voix de ses citoyens sur le dossier ukrainien
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik