Ecoutez Radio Sputnik
    La coopération russo-chinoise : un nouveau pôle de puissance ?

    La coopération russo-chinoise : un nouveau pôle de puissance ?

    © Collage: La Voix de la Russie
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Les Etats-Unis considèrent la Russie et la Chine comme leurs adversaires, voire leurs ennemis, a récemment déclaré le président américain Barack Obama prenant la parole devant les jeunes diplômés de l’Académie militaire de West Point.

    Selon lui, l’agression régionale qui reste impunie dans le Sud de l’Ukraine, dans la mer de Chine Orientale ou ailleurs, va influencer les alliés américains et peut mettre leur armée en état de conflit. En même temps, le chef d’Etat américain ne doute pas de la puissance de son pays. Il est certain que le monde s’écroulera sans les Etats-Unis, parce que la nation américaine est unique et irremplaçable.

    Bien sûr, les relations économiques entre les Etats-Unis et la Chine sont étroites, ce qui n’est pas le cas des relations russo-américaines. Cependant, Pékin, sans parler de Moscou, n’aime pas l’hégémonie des partenaires américains. A supposer que la Russie et la Chine crée une alliance étroite, elle constituera un pôle de puissance concurrent des États-Unis. Voici ce qu’en pense Iouri Tavrovski, professeur à l’Université russe de l'Amitié des Peuples.

    « L’Occident et surtout les Etats-Unis mènent une politique de rétention symétrique vis-à-vis de la Russie et de la Chine. En ce qui concerne la Russie, il s’agit de déployer un système de défense antimissile européen, de développer l’OTAN et de prendre le contrôle sur l’Ukraine. Quant à la Chine, il s’agit d’activer les blocs avec la Corée et le Japon, de déployer la flotte américaine sur les voies commerciales chinoises. Evidemment, à Moscou et à Pékin, il y a ceux qui se prononcent en faveur de l’augmentation du niveau de notre coopération, notamment dans le domaine militaire. Ces gens-là veulent passer du partenariat stratégique actuel à un niveau supérieur – un bloc militaire et politique. A propos, un tel bloc a été conclu entre Staline et Mao Zedong et a réellement existé jusqu’en 1960. »

    La dynamique de rétention de la Russie et de la Chine permet de supposer que dans 2-3 ans, la question d’une nouvelle alliance militaire et politique entre les deux pays pourrait être mise à l’ordre du jour, poursuit Iouri Tavrovski. Par ailleurs, le temps des blocs est passé, et aujourd’hui il faut développer les formats de coopération déjà existants, indique le président russe Vladimir Poutine. Les actions conjointes et les discussions sur la création de l’alliance entre les deux pays seront pendant longtemps encore au cœur des débats dans le monde entier.

    La coopération étroite dans presque tous les domaines, ainsi que la convergence des positions de Moscou et de Pékin au Conseil de sécurité des Nations Unies, témoignent que le rapprochement des deux pays pourrait prendre de nouvelles formes. /N

    Lire aussi:

    Russie-Chine, nouvel axe majeur du monde multipolaire en 2018
    Le dossier nord-coréen n’est-il qu’un prétexte pour une guerre commerciale contre Pékin?
    Entre bases militaires et guerre commerciale, les USA mettent la pression sur la Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik