Ecoutez Radio Sputnik
    La leçon irakienne, remède à la cécité de l’UE sur l’Ukraine

    La leçon irakienne, remède à la cécité de l’UE sur l’Ukraine

    © Photo: AP
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    L’avancée de l’islam radical en Irak semble inciter l’Europe à retrouver la vue sur la question ukrainienne et à lui faire passer l’habitude de rendre, à la suite des États-Unis, le Kremlin seul responsable de la crise en Ukraine.

    La marche victorieuse des djihadistes de l’EIIL en Irak qui occupent déjà un tiers du pays et menacent de déboulonner le gouvernement pro-américain d’Al-Maliki à Bagdad, a servi de médicament particulièrement efficace. La similitude entre ce qui se passe en Irak et les événements en Ukraine est pour le moins surprenante.

    Les Européens ne comprennent pas comment l’islam radical a pu se renforcer à tel point en Irak envahi par les USA en avril 2003. Le pays est sur le point de se scinder en trois parties : sunnite, chiite et kurde. L’aggravation de la situation en Irak montre à l’évidence ce qui attend tout pays où Washington commence à imposer sa version de la démocratie. La Libye est pratiquement décomposée, les Talibans dominent l’ensemble de l’Afghanistan exception faite de Kaboul. L’Ukraine peut refaire la triste expérience de ces pays après le coup d’État du 22 février financé par les États-Unis.

    La façon dont les États-Unis s’y prennent pour résoudre les problèmes très similaires ne surprend plus mais choque par son deux poids deux mesures. Ainsi, le secrétaire d’État américain John Kerry est arrivé 24 juin au Kurdistan irakien pour, comme l’affirme le département d’État, aider les autorités irakiennes à former un nouveau gouvernement « inclusif », c’est-à-dire avec la participation de la minorité sunnite et des kurdes. Le chef de la diplomatie américaine aurait exigé la veille à Bagdad du cabinet d’Al-Maliki de mieux tenir compte « des intérêts de la minorité sunnite et des revendications des kurdes concernant le partage des pouvoirs et la mise en place d’un système juridique plus équitable ». C’est, globalement, le même schéma que la Russie propose à l’Ukraine. Kiev doit tenir compte des intérêts du Donbass et de Louhansk et garantir leurs droits les plus élémentaires. Or, Washington refuse catégoriquement que les mêmes principes soient appliqués à l’Ukraine.

    On a l’impression qu’en Ukraine les Américains veulent simplement se venger de la Russie pour ses succès diplomatiques en Syrie et faire déraper la coopération entre la Russie et l’Europe dans le domaine de l’énergie, estime Sergueï Panteleev, directeur de l’Institut des Russes de l’étranger :

    « C’est la façon des Américains de résoudre leurs propres problèmes économiques. Ils affaiblissent les positions de l’Europe qui pourrait devenir leur concurrent géopolitique sérieux et affaiblissent par la même occasion les positions de la Russie qui opère un redressement spectaculaire grâce aux associations d’intégration nouvelles dans l’espace postsoviétique. Ils ont mis en marche les mécanismes permettant de maintenir sous leur contrôle les territoires qui pourraient leur faire concurrence sur le plan économique et politique. Nous sommes en présence d’un grand jeu géopolitique mené, malheureusement, par les méthodes les plus inhumaines. »/N

    Lire aussi:

    Référendum au Kurdistan irakien: qu’en pense Moscou?
    Militaire saoudien: si la politique de l'Irak reste la même, le pays éclatera
    Irak: après la guerre contre Daech, la «guerre civile»?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik