Ecoutez Radio Sputnik
    Afghanistan : l’impossible mission du Commandant Gant

    Afghanistan : l’impossible mission du Commandant Gant

    © Photo: AP/Dario Lopez-Mills
    Actualités
    URL courte
    0 18 0 0

    Durant la dernière semaine de juin, les médias américains ont lancé le débat sur les moyens de remporter la victoire au Proche et au Moyen-Orient. Ce débat trouve son origine dans la publication d’un ouvrage relatant l’incroyable histoire d’un officier des forces spéciales américaines.

    Le Commandant Jim Gant, qui dès 2009, avait ouvertement déclaré que les Etats-Unis étaient en train de perdre la guerre en Afghanistan. Selon lui, la victoire ne pouvait être assurée qu’en attirant les tribus pachtounes du côté des Américains, en infiltrant en leur sein de petits groupes issus des forces spéciales.

    D’après Gant, il est inutile de forcer une société archaïque à fonctionner selon un modèle différent. Fais en sorte de devenir un des leur pour les membres de la tribu, aide-la à défendre ses intérêts face à ses voisins, ses ennemis et dans ses rapports avec l’Etat. Ne t’immisce pas dans les affaires intérieures de ce nouveau « compatriote », mais mets chaque occasion à profit pour lui montrer les bénéfices mutuels d’une telle coopération avec une force extérieure puissante. Cette union rendra inéluctablement « ta » tribu plus forte. D’autres tribus suivront. La zone d’influence de ces tribus cessera d’être une zone d’influence pour ton adversaire dans la mesure où les tribus fortes ne tolèreront pas la domination de forces extérieures. Ton autorité sera moins remarquée, mais néanmoins elle sera forte et permanente, car la tribu dépendra forcément de tes services.

    Après avoir reçu le soutien de son commandement, Gant a donné vie à ses idées en vivant et en se battant contre les insurgés aux côtés d’une tribu de la province de Kunar. Cette méthode pour gagner les cœurs et les esprits de la population est une solution simple et sûre permettant de régler la question de la guerre en Orient dans le contexte de l’incapacité du gouvernement central à rétablir l’ordre par la force ou par la persuasion, même avec une aide extérieure massive.

    Gant s’est allié trois tribus influentes. Le Commandement a reconnu que son succès s’expliquait uniquement par ses talents personnels et sa persévérance. Toutefois, après deux ans de vie agitée au milieu des Pachtounes et des luttes continues avec leurs ennemis, Grant a été relevé de ses fonctions en 2012 pour graves manquements à l’éthique militaire, privé de son « béret vert » et renvoyé de l’armée.

    Quelle est la cause de son échec ? Dans une lettre à un ami, Gant écrit : « J’essaie de gagner. Je ne suis pas sûr que tous soient d’accord. » Vraisemblablement, son idée de « devenir autre » a été utilisée comme la couverture d’une tactique éprouvée visant à attirer des alliés au moyen de l’argent, des armes et la garantie d’une protection et d’un soutien. Il est bien connu que l’effet de cette « amitié » est de courte durée, mais ses conséquences sont désastreuses.

    Par exemple, en Irak, les collègues du Commandant Gant ont obtenu la stabilité et la sécurité dans le « triangle sunnite », en aidant les tribus locales à protéger leurs terres contre les attaques perpétrées par les groupes radicaux. En fait, les tribus ont pris le parti « du plus fort et du plus généreux » de façon temporaire. Quand les troupes occidentales ont quitté le pays, sans aide extérieure, la question de la sécurité est redevenue pour eux une question de survie et ils sont passés du côté des fanatiques partisans du « califat ». Doit-on considérer cela comme une trahison ? L’armée américaine pourrait-elle soutenir indéfiniment des alliés dans des pays lointains ? Gant aurait-il pu longtemps encore combattre dans les montagnes afghanes ? Bien sûr que non.

    D’ailleurs, de nombreux collègues de Gant disent que leur objectif n’était pas de stabiliser les pays d’accueil sur le long terme, mais seulement de sécuriser les zones de déploiement de leurs forces. Les experts s’accordent à dire qu’il était impossible de parvenir à la paix en Irak et en Afghanistan en créant une force armée. Mais les solutions qu’ils proposent, c’est-à-dire le désarmement et la politique efficace d’un gouvernement central solide, ne pouvaient pas être mis en œuvre par les Bérets verts.

    L’ouvrage sur les aventures en Afghanistan du Commandant Gant est devenu un best-seller en Amérique. Le « califat » qui a récemment surgi en Irak est la preuve que dans ces régions, la paix se gagne autrement. /N

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Plus fort que 007: le gant-pistolet des espions US pendant la 2e GM (vidéo)
    La langue des signes désormais traduite sur l’écran d’un smartphone
    Une tribu syrienne rejoint l'armée gouvernementale dans sa lutte contre Daech
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik