Ecoutez Radio Sputnik
    Malabo et le modèle équato-guinéen. Entretien avec Luc Michel (Partie 2)

    Malabo et le modèle équato-guinéen. Entretien avec Luc Michel (Partie 2)

    Actualités
    URL courte
    0 80 0 0

    Suite de la première partie de l’entretien.

    LVdlR : Parlons maintenant de votre visite à Malabo, la capitale de la Guinée équatoriale. Quelles impressions le pays vous a laissé ? Votre visite a-t-elle confirmé les thèses selon lesquelles la Guinée équatoriale reprendrait le flambeau du panafricanisme, après le décès tragique de Mouammar Kadhafi en Libye ?

    Luc Michel : Une grande impression, un pays en pleine émergence et un gigantesque chantier ! La Guinée Equatoriale, qui propose son modèle alternatif de développement et d’émergence, est le nouveau centre du Panafricanisme et son président Obiang Nguema Mbasogo l'héritier de Mouammar Kadhafi. Je le confirme. Le pays et son président ont les capacités à reprendre le flambeau du panafricanisme, après la chute de la Jamahiriya libyenne.

    On connaît mal la Guinée équatoriale, pays important dans l’Afrique de l’Ouest, « nouvel eldorado pétrolier » qui entend incarner aujourd'hui un nouveau modèle de développement pour l'Afrique. Dans une Afrique qui va mal, où les interventions et les manipulations occidentales déstabilisent le continent – Libye, Mali, Côte d’Ivoire, Centrafrique, sans oublier le « laboratoire » somalien -, la Guinée Equatoriale est un contre-exemple de stabilité. Depuis 2011, un processus de reconstruction de l’Etat et de développement de la vie démocratique de la République est en marche. Derrière toutes ces réalisations, dont a témoigné le sommet de Malabo et sa parfaite organisation, il y a une Afrique qui gagne : celle du modèle équato-guinéen. Et l’homme qui l’a construit : le président Obiang Nguema Mbasogo.

    Je souligne que la Guinée Equatoriale est un Etat en reconstruction, où un processus élaboré de développement de la vie démocratique de la république est en cours. Dans un livre très dur pour le gouvernement, Samuel Denantes Teulade évoquait déjà en 2009 à propos de Malabo la possibilité d'« un nouveau modèle de développement pour l'Afrique ». Le président Obiang Nguema, qui définit son pays comme "un état social et de droit", développe aujourd’hui incontestablement une vision pour son pays. Ce qui lui vaut inévitablement la haine des régimes occidentaux. La Guinée Equatoriale et son président sont l’objet de la haine permanente de l’Occident, France en tête, car Obiang Nguema gêne les restes de la Françafrique, repliée sous la protection de l’Africom et de l’OTAN. Et l’empire néocolonial du Franc CFA. Campagnes de dénigrement, manœuvres de déstabilisation. Une haine qui rappelle celle qui entourait la Jamahiriya libyenne de feu Kadhafi !

    LVdlR : Quels sont les aspects de la politique équato-guinéenne à mettre en avant ? Aussi bien sur le plan des politiques intérieure qu’extérieure, ainsi que dans le domaine économique.

    Luc Michel : J’ai produit deux émissions spéciales avec EODE-TV et AFRIQUE MEDIA sur le modèle équato-guinéen. J’y ai diffusé des extraits d’un film-choc de nos excellents confrères de la TV de Guinée Equatoriale intitulé « Sur le chemin de l’émergence ». On connaît hélas trop bien cette Afrique dévalorisée, où tout va mal, des médias occidentaux … Voici l’Afrique qui gagne ! Un film décoiffant, avec des images que l’Occident dissimule totalement, de la RTVGE. Celle de la réussite du modèle guinéo-équatorien. D’un gigantesque chantier où l’argent du pétrole sert le peuple et ouvre la voie de l’émergence.

    L’œuvre d’un homme au service de son peuple, le Président Obiang Nguema Mbasogo, l’alternative équato-guinéenne, qui sert de référence déjà notamment à son voisin camerounais. Mais la Guinée Equatoriale ce n’est pas uniquement Malabo, Sipopo ou Bata. Partout le pays émerge. Nous avons été sur les routes, au cœur du pays, dans les villages et la forêt équatoriale. Partout c’est aussi le spectacle de l’émergence : routes modernes, infrastructures, services, logements sociaux…

    Comment ce modèle fonctionne-t-il économiquement et socialement ? Par une économie dirigée, par l’argent du pétrole mis au service du développement national, par un Etat social, appuyé notamment sur une politique de grands travaux (infrastructures, logements sociaux…). Obiang Nguema Mbasogo, c’est aussi le combat pour le panafricanisme, le refus des ingérences occidentales, la défense de Kadhafi et de son héritage panafricain …

    LVdlR : Vous avez écrit que le président Obiang Nguema Mbasogo rejoignait vos préoccupations géopolitiques et votre vision d’un monde futur plus juste ?

    Luc Michel : Les positions du président de Guinée Equatoriale rejoignent en effet mes préoccupations. Je vois le processus d'unification de l'Europe et de l'Afrique comme deux voies similaires, qui doivent se réaliser en symbiose. Cela signifie pas d'intervention occidentale en Afrique et un vrai respect pour les Etats africains. Cela signifie aussi que la Méditerranée doit devenir un pont entre les deux continents et non une frontière, comme la conçoivent l’UE et l’OTAN. Cette vision de la Méditerranée, que nous avons été les premiers à développer au début des Années 90, comme un pont, était précisément celle de la Jamahiriya libyenne. Dans les Années 2000-2010, cette vision était aussi largement acceptée et partagée par tous les grands acteurs des unions européenne et africaine. Et agaçait énormément la diplomatie américaine. Mais la guerre en Libye marque le grand retournement : destruction de la Jamahiriya, retour aux agressions et expéditions militaires occidentales en Afrique, étouffement des idées panafricaines.

    Tout cela va à l’encontre de ma vision d’un monde multipolaire constitué de grand Blocs géopolitiques. Le rôle central joué par le dialogue des cultures est bien oublié et nous assistons au retour en Méditerranée et en Afrique des thèses belligènes du « choc des civilisations ». Le retour des thèses panafricaines à Malabo, la défense de l’héritage de Kadhafi, que j’assume moi aussi, est donc pour moi un signe positif qui va dans l’autre sens.

    LVdlR : Vous avez mentionné récemment « l’Axe Moscou-Téhéran-Malabo ». De quoi s’agit-il ?

    Luc Michel : Je vais essayer de vous résumer ce nouveau concept géopolitique, révolutionnaire, – « L’Axe Eurasie-Afrique » -, que j’ai inventé il y a un an maintenant et qui émerge au niveau des panafricanistes. Car il a été conçu au départ pour l’Afrique. Ce sont des positions géopolitiques novatrices. L'alternative géopolitique du futur, "l'Axe Eurasie-Afrique", est centré sur le triangle Moscou-Malabo-Téhéran et basé sur les concepts « dimension – puissance – indépendance » et des « blocs continentaux autocentrés ».

    L’Axe Eurasie-Afrique doit s’appuyer sur les pivots que sont ces trois capitales : Moscou, Malabo et Téhéran. En 2050, il y aura certainement un gros bloc nord-américain qui englobera le Canada et le Mexique, peut-être plus loin encore, et à côté de ça, une grande puissance chinoise avec certainement entre 1,5 et 2 milliards d’habitants. La dimension, c’est aussi la population. Face à ça, comment rester acteurs de l’histoire ? Il faut un bloc géopolitique qui puisse faire le contrepoids. Ce n’est pas l’Afrique seule, pas même l’Eurasie, qui le fera, c’est l’axe Eurasie-Afrique. Un bloc continental ayant pour pivots trois capitales : Moscou, Malabo – Pourquoi Malabo ? Parce qu’il n’y a qu’ici qu’on essaie de renouveler la pensée panafricaniste dans la ligne du colonel Kadhafi – et Téhéran, puisque l’Iran est la grande puissance qui émerge au Moyen-Orient en ce moment. Ce doit être un bloc égalitaire, avec des relations égalitaires entre l’Afrique et l’Eurasie. Si nous ne faisons pas cela, nous ne serons plus des acteurs de l’histoire…

    LVdlR : Pourriez-vous nous dire aussi quelques mots sur la genèse de ce concept ? Vous dirigez en Europe un parti, le PCN, d’orientation eurasienne. Et on vous voit aussi émerger rapidement depuis deux ans comme théoricien et activiste panafricaniste. Est-ce la synthèse géopolitique et idéologique de ces deux dimensions de votre action ?

    Luc Michel : J’ai de nombreuses vies politiques. Simultanées. Et je suis un internationaliste convaincu, un transnationaliste pour être plus précis.

    L’une de mes vies est ce que la presse belge (hostile) appelle la « diplomatie parallèle » avec notre Ong EODE. Qui a une grande partie de ses activités depuis 2009 en Afrique, avec sa Branche EODE-AFRICA, dont l’administrateur, le Camerounais Gilbert Nkamto, est le n°2 d’EODE.

    Une autre se développe depuis plus de 40 ans en Europe et s’est structurée autour d’un parti, le PCN, et d’une idée-force « la Grande-Europe de Vladivostok à Reykjavik ». En 1986, ma revue Conscience européenne – j’animais alors avec Jean Thiriart l’Ecole « euro-soviétique » de géopolitique (devenue aujourd’hui l’Ecole géopolitique de la « Grande-Europe ») - dans son n°9 consacré aux « théories géopolitiques des grands espaces » redécouvrait et réinventait l’Eurasisme. Huit ans avant que suite au voyage de Thiriart à Moscou en 1992, Ziouganov (le leader du Parti communiste russe, avec son Eurasisme de gauche, devenu celui de Poutine) et Douguine (Néo-Eurasisme de droite) adoptent cette idée réinventée à Bruxelles. Il y a huit ans, j’annonçais la naissance d’une « Seconde Europe » géopolitique, eurasiatique, autour de Moscou. Et annonçait le choc idéologique, politique et économique de Bruxelles et Moscou. Celui dont les événements présents de Kiev sont la manifestation la plus brutale …

    Mais j’ai aussi une troisième vie.

    Je suis à l’origine un « paneuropéiste », j’ai été initié au panafricanisme par le colonel Kadhafi. J’ai exercé des responsabilités sous la Jamahiriya (dès 1997) au sein des Comités Révolutionnaires libyens, dont je dirigeais le réseau paneuropéen (le MEDD-MCR qui s’est maintenu après 2011 et travaille toujours). Et depuis deux à trois ans, j’essaie d’avoir un rôle moteur dans la renaissance d’un nouveau panafricanisme. Je considère que l’Afrique est un des territoires-clé géopolitique du futur. C’est ici que se déroule un des grands affrontements qui devra déterminer le sort du monde. Et je pense que, même sans être d’origine africaine, on peut défendre le panafricanisme, il y a eu de grandes figures : Che Guevara qui n’était pas Africain et qui est venu se battre au Congo en 1965, ou des gens comme Nasser et Kadhafi, qui à l’origine sont des Arabes ou des panarabistes, qui ont été attirés comme moi par le sort du Continent noir. Kadhafi pensait en terme de géopolitique des continents. Il voulait une Afrique unie, et j’ajouterais, puisque je suis sur cette même ligne, pensait que le Panafricanisme et le Paneuropéisme doivent s’unir pour se dégager de la domination étasunienne. La Méditerranée doit redevenir le point de rencontre, la mer commune, la « Mare nostrum » des Romains.

    On doit comprendre quelque chose, ce qu’on appelle actuellement l’Occident, c’est le bloc américain. Et dans ce bloc l’UE est la plus grande des colonies étasuniennes depuis 1945. Qu’est-ce qui fait la puissance américaine depuis 1945 ? C’est le contrôle de la seconde économie la plus puissante au monde qui est l’économie de l’Europe occidentale. Qu’est-ce qui permet aux Américains d’être une superpuissance ? C’est non seulement la puissance nord-américaine elle-même, mais (aussi) le contrôle de la puissance de l’Union européenne. Si voulez, pour prendre (l’exemple d’) un corps humain, l’Union européenne est le deuxième poumon des Américains. Cela s’exprime depuis 1944 au travers d’un système de domination coloniale en Europe. Il faut comprendre qu’en 1945 l’Europe est passée du statut de puissance coloniale au statut de colonie, c’est une colonie américaine. Ma position est assez simple, je ne me définis pas comme Occidental, je me définis comme un Européen et comme un décolonisateur et quelqu’un qui combat le colonialisme. En Europe, en Eurasie et en Afrique !

    LVdlR : Merci d’avoir répondu à nos questions ! 

    Luc Michel : C’est toujours un plaisir. La Voix de la Russie m’est chère et je m’y exprime souvent. Nous menons le même combat. Et j’apprécie votre orientation, la compréhension de l’importance de l’Afrique dans le combat pour la liberté du monde.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Grands titres