Ecoutez Radio Sputnik
    Elections anticipées en Ukraine : les jeux dangereux du pouvoir ukrainien

    Elections anticipées en Ukraine : les jeux dangereux du pouvoir ukrainien

    © Collage : La Voix de la Russie
    Actualités
    URL courte
    0 0 0 0

    Les nouvelles élections à la Verkhovna Rada ((parlement ukrainien) en Ukraine coûteront cher – au sens propre comme au sens figuré. Ayant pratiquement supprimé l'opposition, les partis nationalistes et ceux de droite ont commencé à rivaliser : qui est le plus grand ennemi de la Russie et qui est le « super-méga-patriote ». Il n’y a pas d’argent dans le pays, mais pour les élections, on en a trouvé. La CEC a dévoilé le montant des dépenses pour la tenue des législatives : presqu’un milliard de hryvnias (plus de 300 millions de dollars).

    Tout de suite après la publication de l’information sur la tenue d’élections anticipées à la Rada, les partis ukrainiens ont commencé à créer de nouvelles coalitions et unions. Parti « Solidarnost » (« Solidarité ») a changé de nom. Maintenant, c’est le « Bloc de Piotr Porochenko ». Il prétend au statut de nouvelle coalition pro-européenne au pouvoir, ayant l'intention d'adjoindre les partis « UDAR », parti « Batkivchtchina » (« Patrie ») et d'autres forces nationalistes. D’après l'avis du directeur de l'Institut International d'expertise politique Evgueni Mintchenko, Porochenko poursuit un but très simple :

    « Il veut créer la composition d’un nouveau parlement qui lui soit plus loyal et qui lui assure cette loyauté pour les cinq ans à venir. C'était sa promesse préélectorale, il l'accomplit. Une autre partie de la promesse n'est pas accomplie : il disait que les élections se passeraient selon des listes ouvertes des partis, où on pourrait voter pour des gens concrets, mais ce ne sera pas le cas. Les élections se passeront d'après l’ancienne loi : à savoir, la moitié est formée selon les listes fermées des partis, l’autre moitié – selon les circonscriptions monomandataires. Et en outre, il est tout à fait incompréhensible de savoir comment ils vont organiser les élections en Crimée, dans la région de Donetsk et de Lougansk. »

    Cependant, alors que le parti de Porochenko attend l'arrivée de nouvelles forces, celui de Ioulia Timochenko, « Batkivchtchina », connait un processus inverse. En sont sortis le président de la Rada Alexandre Tourtchinov et le Premier ministre Arseni Iatseniouk, le chef du Ministère de l’Intérieur Arsen Avakov, le secrétaire du Conseil de sécurité nationale Andreï Paroubiï, l'ex-chef de l'Administration du président Sergueï Pachinski et d’autres. En tout, une vingtaine de personnes.

    La lutte principale pour le pouvoir se déploiera entre « les alliés » actuels, considère le politologue ukrainien Rostislav Ichtchenko, le président du Centre de l'analyse systémique et des prévisions.

    « Le fait lui-même des élections anticipées est un moment assez compliqué pour les pouvoirs de Kiev. Ils ont entièrement dégagé l'espace, ayant évincé les adversaires. Le Parti communiste, le Parti des régions ne pourront pas rivaliser avec eux aux élections. Donc, la lutte aux législatives se déploiera entre les partis qui soutiennent le régime néo-nazi. Cela signifie qu'ils déverseront l'un contre l'autre une pluie d’information compromettante. Et comme chaque parti s'appuie aussi sur les détachements de gens armés, le développement des événements est imprévisible en principe».

    De plus, aux élections, les résultats seront faussés avec l’approbation des pouvoirs. Dans le Sud-est, les commissions électorales auront le droit de travailler en dehors des circonscriptions, et le personnel des forces de la sécurité nationale participant à l’opération dite « antiterroriste » pourra figurer dans les listes électorales de la région.

    Plusieurs analystes trouvent que les principaux participants de la campagne préélectorale lutteront pour le titre d’« ennemi numéro un de la Russie et des rebelles ». /N

     

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Grands titres