Ecoutez Radio Sputnik
    Poutine : pour sauver l'Ukraine, il faut dialoguer avec tous, et non sanctionner la Russie

    Poutine : pour sauver l'Ukraine, il faut dialoguer avec tous, et non sanctionner la Russie

    © Photo: RIA Novosti/ Aleksey Nikolskyi
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    La Russie n’a jamais projeté une ingérence armée en Ukraine. Les accusations qui lui sont faites sont absurdes ou provocatrices. Le Kremlin espère, par contre, que Kiev acceptera enfin le cessez-le-feu immédiat avec les milices populaires de Novorossia et engagera des pourparlers avec le Sud-est de l’Ukraine, ce qu’il n’a pas fait jusqu’à présent, ont déclaré le 1er septembre le président de Russie Vladimir Poutine puis le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

    Les déclarations faites dans plusieurs régions russes constituent la première réaction de Moscou au récent sommet de l’UE à Bruxelles. Les participants ont envisagé le durcissement des sanctions à l’égard de la Russie et la mythique menace militaire émanant de Russie pour l’Europe. La tonalité de la réaction du président et du chef de la diplomatie a été très sèche. Moscou en a assez des « politesses diplomatiques » dans un contexte de génocide des Russes dans le Sud-Est de l’Ukraine et de l’étrange « myopie » de l’Europe.

    Vladimir Poutine et Sergueï Lavrov ont fait leurs déclarations à la veille de la réunion du groupe de contact pour l’Ukraine qui s’est ouverte le 1er septembre à Minsk.

    Moscou espère que les délégués à la séance du groupe de contact à Minsk envisageront le cessez-le-feu, a déclaré le 1er septembre le ministre russe des AE, en prenant traditionnellement la parole devant les étudiants et les professeurs de l’Institut d’Etat de Moscou des relations internationales.

    « Washington et Bruxelles devraient exiger de Kiev ce qu’ils exigent dans tous les autres conflits : cessez d’employer les armements lourds, l’aviation contre les installations civiles, contre les civils. Ne détruisez pas les écoles, les hôpitaux, les jardins d’enfants. Les milices populaires doivent évincer l’armée ukrainienne des positions depuis lesquelles elles attaquent les villes. Il n’y a pas d’alternative à cela. »

    L’UE marche sans aucun doute dans le sillage de cette hystérie en dissimulant, par les sanctions, son inaptitude à influer Kiev, a dit Sergueï Lavrov.

    Selon les experts russes, il est possible que la situation change malgré les positions fortes du « parti de la guerre » à Kiev. L’emploi de la force dans le règlement du « problème du Sud-est » s’avère inefficace. /N

    Lire aussi:

    Moscou accuse Kiev de saper à nouveau l’application des accords de Minsk
    Moscou: les tentatives de Kiev d’ignorer les accords de Minsk sont «contre-productives»
    «Seule l’Ukraine peut arrêter la guerre civile en respectant les accord de Minsk»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik