Ecoutez Radio Sputnik
    OTAN : l'adhésion de l'Ukraine incompatible avec son statut « hors blocs »

    OTAN : l'adhésion de l'Ukraine incompatible avec son statut « hors blocs »

    © Photo: REUTERS/Yves Herman
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    L'OTAN est prête à discuter avec l'Ukraine d'un rapprochement ultérieur, si Kiev renonce à son statut "hors blocs", a indiqué lundi à Bruxelles le secrétaire général de l'Alliance Anders Fogh Rasmussen.

    "Si l'Ukraine change de politique et abandonne son statut "hors blocs", nous pourrons discuter de la manière d'avancer", a déclaré M.Rasmussen, interrogé sur l'éventuelle adhésion de l'Ukraine à l'OTAN.

    Et d'ajouter que la direction politique actuelle de Kiev supposait que le parlement qui serait issu des prochaines législatives en Ukraine modifierait la loi sur le statut "hors blocs" du pays.

    "Il faut attendre les élections et les procédures législatives au sein du nouveau parlement. Si le projet de loi sur l'abandon de la politique "hors blocs" est adopté, je pense que l'Ukraine soulèvera la question de son adhésion à l'Alliance dans le cadre de la commission Ukraine-OTAN. Sur cette base, l'Ukraine et l'Otan pourront élaborer le plan de développement ultérieur du partenariat entre l'Alliance et l'Ukraine", a indiqué le secrétaire général.

    Selon lui, il est difficile de prévoir les délais, car beaucoup dépendra de l'Ukraine elle-même, de sa capacité de réaliser les réformes nécessaires, de s'adapter aux standards de l'OTAN et de remplir différents critères.

    Les documents de l'OTAN ne permettent pas d'accepter dans l'Alliance les pays ayant des litiges territoriaux, alors que l'Ukraine revendique la Crimée, devenue partie intégrante de la Russie à l'issue d'un référendum en mars dernier.

     

    RIA Novosti

    Lire aussi:

    L'Ukraine dans l'Otan: ce n'est pas pour demain, selon Washington
    Aucune chance pour l'Ukraine d'adhérer prochainement à l'Otan, selon un diplomate allemand
    «Retirez vos soldats!» Le Kremlin répond aux accusations de l’Otan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik