Ecoutez Radio Sputnik
    L’expansion de l’OTAN porte préjudice à l’Europe

    L’expansion de l’OTAN porte préjudice à l’Europe

    © Photo: East News/NIDS/NATO Media Library
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Les considérations de conjoncture et l’inexistante « menace russe » poussent l’Occident à une escalade de la confrontation avec Moscou. Or, au nom de notre sécurité commune, il faut cesser de se faire peur et essayer de trouver un équilibre des intérêts.

    Il convient de souligner plus particulièrement que ce sont les pays d’Europe de l’Est, perclus du complexe de « victime », qui font du lobbying en faveur de la rupture avec la Russie. Le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung a appris fin août que l’OTAN se proposait de créer cinq nouvelles bases militaires en Europe de l’Est, qui pourraient héberger 4000 hommes de la force de réaction rapide.

    La création des forces de réaction rapide de l’OTAN avec la participation des militaires britanniques, danois, lituaniens, lettons, estoniens, norvégiens et néerlandais, est encore une démarche ouvertement antirusse destinée à « dissuader » Moscou. La création de cette structure sera annoncée au sommet de l’OTAN au pays de Galles les 4-5 septembre. La disposition de la Finlande et de la Suède à renforcer la coopération avec l’OTAN est particulièrement significative à cet égard. L’accord d’assistance militaire entre ces deux pays scandinaves et l’OTAN doit être signé d’ici quelques jours au sommet de l’Alliance en GB. La parole est à Alexeï Fenenko, chargé de cours à la faculté de politique internationale de l’Université de Moscou :

    « Ces pays étaient conventionnellement neutres depuis ces 20 dernières années. La révision du statut de la Suède et de la Finlande a en fait commencé en 1995, lorsque ces pays ont adhéré à l’UE. C’est depuis ce moment là qu’elles ont commencé à coopérer activement avec les structures de l’OTAN. Si la Suède et la Finlande renforcent quand même leur coopération avec l’OTAN, la situation dans la région baltique se dégradera drastiquement pour la Russie ».

    Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a qualifié « d’absolument provocatrice » la politique d’élargissement incessant pratiquée par l’OTAN et son rapprochement des frontières russes. Néanmoins, Moscou appelle à regarder la situation en face, au-delà des stéréotypes de la « guerre froide », et à faire preuve de volonté politique pour cesser la rhétorique accusatrice. Dans le cas contraire, il n’y aura pas de solution durable au problème de la sécurité continentale. /N

    Lire aussi:

    Stoltenberg: l’Otan déterminée à améliorer ses relations avec la Russie
    Sommet OTAN: face à la Russie, «une tête gigantesque avec des pieds fragiles»
    Le talon d'Achille de l’Otan en Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik