Ecoutez Radio Sputnik
    Guerres du gaz : vers une trêve hivernale ?

    Guerres du gaz : vers une trêve hivernale ?

    © Photo: AP/Petr David Josek
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Une nouvelle étape de pourparlers sur le gaz naturel russe s’est achevée à Berlin. Elle a réuni les ministres de l’énergie de Russie et d’Ukraine Alexandre Novak et Iouri Prodan, ainsi que le commissaire européen en charge de l’Energie Günther Oettinger. Finalement, l’Ukraine a accepté de rembourser à la Russie une partie de son endettement pour le gaz naturel fourni – un peu plus de 3 milliards de dollars - avant la fin de 2014.

    L’Ukraine s’est accordée, semble-t-il, avec le prix du gaz établi par la Russie au niveau de 385 $ pour 1.000 mètres cubes. Pour ce qui apparaît comme un succès, Kiev a, comme toujours, sa propre interprétation. Le ministre ukrainien Iouri Prodan s’est dépêché d’apporter une précision : Kiev voit ce prix comme « provisoire, valable uniquement pour cet hiver ». De plus, la somme que l’Ukraine entend virer à la Russie est le prépaiement pour les futures livraisons de gaz. Moscou affirme qu’il est question du remboursement de la dette pour le gaz déjà fourni. On voit que les parties divergent sur ce point, et pour le moment on ne peut pas dire si les livraisons de gaz en Ukraine reprennent ou non, estime Boris Chmelev, qui dirige le Centre russe de la politique extérieure.

    « Le résultat de ces pourparlers consiste, plutôt, en ce que la Russie a confirmé sa disposition à livrer les quantités contractées de gaz en Europe. Tandis que de la part de l’Ukraine émanent des signaux absolument confus. Tantôt on dit ne rien devoir, tantôt – vouloir recevoir du gaz naturel à des prix de marché. Une lutte à ce sujet se poursuit, probablement, à Kiev, qui n’est pas satisfaite par ces ententes. A mon avis, une décision définitive sera prise après les premiers froids. »

    L’Europe commence petit à petit à réaliser qu’un partenariat avec l’Ukraine n’est pas une chose facile. Les cas de prélèvement du gaz transitant, en plus clair, de vol, sont connus. Pour ce qui est de payer pour l’hydrocarbure fourni ou de rembourser les crédits, Kiev n’a pas l’habitude. Voici ce que dit Nikolaï Kavechnikov, chef de la chaire de l’intégration européenne du MGIMO.

    « Les Européens ne sont pas prêts à régler les factures ukrainiennes, mais seulement à donner des crédits à l’Ukraine pour qu’elle puisse payer les indispensables livraisons de gaz. Naturellement, les Européens comptent que l’Ukraine rembourse tôt ou tard ces crédits – avec de l’argent ou quelques autres actifs. Les Européens sauront soutirer à l’Ukraine cette dette. »

    Le fait qu’alors que vont arriver les premières gelées, les parties aient su s’entendre sur les livraisons de gaz, peut être considéré comme le bilan essentiel des rencontres à Berlin, juge Sergueï Outkine, expert du Centre russe de l’analyse des situations.

    « Il s’agit des livraisons à l’UE, comme à l’Ukraine. C’est-à-dire que les parties ont convenu que leur suspension sur aucune de ces directions ne sera dans l’intérêt de personne. En conséquence, il faut tout simplement trouver des schémas techniques qui permettront d’assurer ce résultat. »

    Les parties ont l’intention de concerter ces aspects techniques dès le 2 ou le 3 octobre, lors d’une nouvelle rencontre à Berlin. Si, bien entendu, Kiev n’invente d’ici là de nouvelles justifications relatives à son absence permanente de volonté de payer, ne serait ce qu’une part. Les Européens se montreront indulgents envers Kiev pendant un temps. Si ce dernier continue de faire traîner en longueur les pourparlers sur le gaz, les partenaires européens finiront par conclure que le transit via l’Ukraine doit avoir une solution de remplacement. Et la Russie sera prête à l’assurer. Pour achever la construction du gazoduc South Stream, il suffit que Bruxelles préfère, enfin, aux jeux politiques, la stabilité dans la sphère énergétique. Et alors le mot « hiver » ne fera plus faire paniquer les Européens. /N

    Lire aussi:

    Révélation à Kiev: l'Ukraine voulait faire exploser le gazoduc Russie-Europe
    L’Ukraine devra payer sa dette de 3 mds USD à Moscou sur décision d’un tribunal londonien
    Les lobbyistes européens se battent pour le Nord Stream-2
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik