Ecoutez Radio Sputnik
Quand Gorbatchev recevait le Nobel de la paix pour avoir prévenu une guerre

Quand Gorbatchev recevait le Nobel de la paix pour avoir prévenu une guerre

© Photo : RIA Novosti
Actualités
URL courte
035900

Le 15 octobre 1990 le premier et unique président de l'URSS Mikhaïl Gorbatchev s'est vu décerner le Prix Nobel de la paix. La déclaration du Comité Nobel a stipulé : « pour le rôle majeur dans le processus de paix ». M. Gorbatchev a contribué à la réunification de l'Allemagne, mais sa politique a conduit à la désintégration de l'URSS. Depuis, la société reste partagée sur la question de savoir combien cette distinction est méritée. D'aucuns appellent même à l’en déchoir

Les décisions du comité Nobel sur l'attribution du prix de la paix sont souvent controversées. Pour s'en persuader il suffit d'examiner la liste des lauréats de toute l'histoire du prix de la paix. Parmi les lauréats les plus récents figure le président des Etats-Unis Barack Obama qui n’évoque guère la colombe de la paix. Au moment de l'attribution du prix il menait des opérations militaires en Afghanistan et en Irak. A présent aussi, sa politique est loin d'être éprise de paix.

Pourtant en 1990, en décernant le prix de la paix au président de l'URSS, le comité Nobel avait des arguments de poids. Le dirigeant soviétique a évacué les troupes de l'Afghanistan, il a signé un accord avec les Etats-Unis sur les missiles de moyenne portée ce qui a permis à ses partisans de parler de la prévention d'une guerre nucléaire. La réunification de l'Allemagne et le retrait des troupes soviétiques des pays du Traité de Varsovie ont été un pas important dans la voie de la paix en Europe. Pour l'Occident Gorbatchev est l'homme qui l'a affranchi de la peur. Une plus grande ouverture qu'il avait apportée à la société soviétique a contribué au renforcement de la confiance internationale, est convaincu le politologue Andreï Zakharov :

« La distinction lui a été attribuée pour l'ensemble de ses mérites et non pas pour un acquis à part comme la réunification de l'Allemagne. C'était un homme qui a en effet proposé une vision du monde nouvelle, qui a montré que la Russie, l'Union soviétique, pouvait vivre dans les conditions de la liberté ».

Il est impossible de nier que Mikhaïl Gorbatchev a beaucoup fait pour que le monde devienne différent et que l'Union soviétique ne soit plus considérée comme une menace. La question est de savoir comment cela a été fait. Les critiques soulignent que c'est la politique de Gorbatchev qui a conduit l'URSS à la ruine. Il a rendu un service immense à l'Occident en détruisant le monde bipolaire. En plus, avec la signature du traité de désarmement, Gorbatchev a fortement diminué le potentiel industriel et militaire de l'Union soviétique, tandis que le potentiel militaire des Etats-Unis n'a pas diminué d'un iota, signale le politologue Mikhaïl Rogojnikov :

« A l'opposé de l'URSS, les Etats-Unis n'ont pas causé de tort à leur propre défense contre les menaces réelles et à leur potentiel offensif. Plus encore, ils n'ont pas cessé de perfectionner ce dernier. Je ne suis pas en mesure de juger dans quelles proportions ils ont réduit leurs armements classiques, mais je peux dire avec certitude que les Etats-Unis n'ont pas démantelé par centaines leurs sous-marins et n'ont pas envoyé à la ferraille leurs chars. En outre, une chose épouvantable s'est produite en Russie du point de vue de la sécurité nationale : nous avons brusquement diminué e volume des recherches dans la sphère de la défense ».

Plus tard, en commentant les reproches qui lui étaient adressés, Mikhaïl Gorbatchev a avoué que ses partenaires occidentaux l'avaient trompé. Cela concernait aussi bien le désarmement que le déploiement du système ABM et l'élargissement de l'OTAN à l'est. Ils lui ont promis qu'après la réunification de l'Allemagne l'alliance n'avancerait pas d'un pouce. En réalité, les bases militaires de l'alliance atlantique se sont rapprochées des frontières de la Russie. « C'est une chose ordinaire. Il existe une politique honnête et une politique mensongère », a dit Mikhaïl Gorbatchev dans une de ses interviews. T


Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
Grands titres