Ecoutez Radio Sputnik
    L’opposition syrienne pourra-t-elle venir à bout de l’EI ?

    L’opposition syrienne pourra-t-elle venir à bout de l’EI ?

    © Photo: REUTERS/Stringer
    Actualités
    URL courte
    0 0 0 0

    Les officiels américains, turcs et britanniques ont confirmé leur intention d’entraîner et d’armer « l’opposition syrienne modérée » pour en faire un outil de lutte contre l’EI. Pourtant, les experts doutent que la soi-disant opposition syrienne « modérée », divisée et peu nombreuse, soit en mesure de faire face à l’EI. L’Occident n’a eu de cesse d’essayer de renforcer depuis trois ans l’aile laïque des forces antigouvernementales en Syrie mais à chaque fois, l’argent et les armes disparaissaient sans laisser de traces ou se retrouvaient chez les radicaux comme l’EI. Alors on peut légitimement se demander pourquoi cela doit se passer autrement maintenant.

    Pourtant, les nouvelles injections d’argent et d’armes dans l’opposition syrienne créent une menace y compris pour les pays voisins, estime Vladimir Evseev, directeur du département du Caucase de l’Institut des pays de la CEI :

    « Je suis convaincu que l’armement et l’entraînement d’une des parties du conflit est un facteur destructif. D’un autre côté, qui peut être considéré aujourd’hui comme opposition modérée ? A mon avis, elle est soit inexistante, soit très minoritaire dans les rangs de l’Armée Syrienne Libre. Le fait est qu’une partie de l’ASL collabore avec l’EI ou a rejoint l’armée nationale syrienne.

    Je tiens à rappeler que les armes livrées en leur temps à l’ASL se retrouvaient entièrement entre les mains des islamistes. L’ASL les vendait aux islamistes de l’EI ou ceux-ci en prenaient possession. Donc, il est fort à parier que ces armes seront utilisées à des fins terroristes dans d’autres pays. »

    Voici ce qu’en pense l’analyste militaire Vadim Makarenko :

    « Je crois que les livraisons d’armements modernes aux membres de l’opposition syrienne ne feront qu’aggraver la situation dans ce pays. Le renforcement d’une des parties signifie une nouvelle spirale de violences et de nouveaux sacrifices pour le peuple syrien. »

    De plus, l’armement de l’opposition syrienne qui n’a pas d’objectifs politiques clairs n’a aucun sens en principe. En effet, l’opposition reste toujours divisée sur la structure étatique et territoriale de la Syrie et n’a formulé aucun programme constructif qui engagerait l’avenir du pays. /N

    Lire aussi:

    De plus en plus de combattants désertent l’Armée syrienne libre
    L’opération antikurde à Afrine pourrait démarrer à tout moment, selon le chef de l’ASL
    60 combattants de l'ASL font défection pour rejoindre l'armée syrienne et les FDS
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik