Ecoutez Radio Sputnik
Interview du président Poutine à la chaîne de télévision allemande ARD

Interview du président Poutine à la chaîne de télévision allemande ARD

© Photo: RIA Novosti/ Michael Klimentyev
Actualités
URL courte
01400

Le président russe Vladimir Poutine a qualifié la réaction de l'Occident au rattachement de la Crimée à la Russie de tout à fait inadéquate pour cet événement car les normes du droit international n'avaient pas été violées.

La Crimée et Sébastopol sont devenus des régions russes à l'issue du référendum de mars lors duquel la majorité des votants s'est prononcée pour la sortie de l'Ukraine et le rattachement à la Russie.

« Nous trouvons cette réaction absolument inadéquate eu égard à ce qui s'est produit. En ce qui me concerne, les propos accusant la Russie d'avoir violé le droit international ne provoquent rien sauf mon étonnement », a dit Vladimir Poutine dans un entretien avec la chaîne de télévision allemande ARD.

Il a souligné que par droit international il entendait au premier chef la Charte de l'ONU, la pratique internationale et l'interprétation de cette pratique par des instances internationales appropriées.T

Mise à jour : 13:04 (heure de Moscou)

La Russie et l'Europe ont une bonne base pour harmoniser les relations (Poutine)

La Russie et l'Europe possèdent une bonne base pour développer les liens et harmoniser les relations dans le monde, estime le président russe Vladimir Poutine.

Répondant à la question sur les erreurs survenues pendant son entretien avec la chaîne de télévision allemande ARD, le président russe a dit qu'il y avait toujours des erreurs, mais que la question était de savoir réagir opportunément aux événements qui suivent ces erreurs, ainsi que de savoir les analyser, les comprendre, corriger la situation et aller de l'avant, non pas dans une impasse, mais vers la solution des problèmes.

« Je crois que ces dix dernières années nous avons agi de cette façon dans nos relations avec l'Europe dans son ensemble et plus particulièrement avec la République fédérale d'Allemagne. Prenons le climat des relations entre la Russie et l'Allemagne ces dix ou quinze dernières années. Y avait-il un tel climat avant ? Je pense que non », a dit M. Poutine.

« Je pense que c'est une bonne base, un bon fondement pour développer les relations non seulement entre deux Etats, mais aussi entre la Russie et l'Europe dans son ensemble, et, en général, pour harmoniser les relations dans le monde. Ce sera dommage si nous le perdons », a noté le président de la Fédération de Russie. T

Mise à jour : 13:13 (heure de Moscou)

La milice ne veut pas quitter un certain nombre de villages car elle craint pour ses proches (Poutine)

Les accords de Minsk ne sont pas respectés entièrement, a déclaré Vladimir Poutine.

Selon le président russe, l'accord conclu à Minsk a été possible seulement grâce à la Fédération de Russie qui s’est  activement impliquée dans ce travail, a mené un travail avec la milice du Donbass, en la persuadant d’accepter certains accords.

M. Poutine a également souligné que la milice ne quittait pas un certain nombre de localités en raison de craintes pour leurs proches, parce que si les militants partent, des bataillons nationalistes entreront dans ces localités et tueront tout le monde.

Mise à jour : 13:15 (heure de Moscou)

Ukraine: les insurgés ont trouvé des armes car ils jugent leur combat juste (Poutine)

Le président de Russie Vladimir Poutine estime logique les insurgés du sud-est de l'Ukraine possèdent des armes, car ils mènent une guerre qui est selon eux juste.

"D'où proviennent leurs blindés et leurs systèmes d'artillerie ? Dans le monde moderne les gens qui mènent une lutte et qui la jugent juste trouveront toujours des armes", a déclaré Vladimir Poutine .

Le président a ainsi répondu à la demande de commenter les accusations de l'Occident contre Moscou selon lesquelles la Russie aurait armé les miliciens.

Il a noté qu'à son avis, dans la situation actuelle la question relative à la présence d'armes chez les miliciens n'était pas essentielle.

Mise à jour : 12:50 (heure de Moscou)

Ukraine : les miliciens jugent leur guerre juste et ont trouvé les armes (Poutine)

Le président de Russie Vladimir Poutine trouve logique que les miliciens du sud-est de l'Ukraine possèdent des armes car ils mènent une guerre qui est selon eux juste.

« D'où proviennent leurs blindés et systèmes d'artillerie ? Dans le monde moderne les gens qui mènent une lutte et qui la jugent juste, trouveront toujours des armes », a déclaré Vladimir Poutine dans un entretien avec la chaîne de télévision allemande ARD.

Le président a ainsi répondu à la demande de commenter les accusations de l'Occident contre Moscou d'après lesquelles ce dernier aurait armé les miliciens.

Il a noté qu'à son avis dans la situation actuelle la question relative à la présence d'armes chez les miliciens n'était pas essentielle.

Mise à jour: 12:40 (heure de Moscou)

Les accords de Minsk ne sont pas appliqués dans leur intégralité, a déclaré le président russe Vladimir Poutine à la chaîne ARD.

L'accord de Minsk n'a pu être obtenu que grâce à une participation active de la Russie qui a " persuadé les milices du Donbass, c'est-à-dire du sud-est de l'Ukraine d'accepter certains arrangements ".

" Si ne nous l'avions pas fait, rien ne se serait produit ", a fait valoir Poutine. Il a pourtant constaté " certains problèmes de la mise en æuvre de ces accords ", car les belligérants refusent d'évacuer certaines localités.

Vladimir Poutine a cité les raisons des milices : " Je vous dirai franchement, ce n'est pas d'ailleurs un secret, que les gens qui combattent l'armée ukrainienne disent : 'Ce sont nos villages natals, nos familles, nos proches y habitent. Si nous partons, ils seront occupés par les bataillons des nationalistes qui tueront tout le monde. Nous ne partirons pas vivants' ". Le problème est compliqué. " Certes, nous persuadons, nous convainquons, mais lorsqu'on dit de telles choses, nous sommes à court d'arguments ", a conclu le président. (TASS)

Mise à jour: 11:42 (heure de Moscou)

Le président russe Vladimir Poutine préconise de traiter avec discernement l'ambiance qui s'est créée entre la Russie et l'Allemagne ces derniers dix ou quinze dernières années.

" Voyez l'atmosphère qui s'est créée entre la Russie et l'Allemagne ces derniers dix ou quinze dernières années. Je ne sais pas si une telle chose a jamais existé auparavant ",a-t-il déclaré à la chaîne ARD.

Il est impossible de vivre sans faire d'erreurs, mais il importe d'y réagir, de les analyser pour les corriger et aller plus loin. " Je pense que cela a été notre manière de procéder depuis cette dernière décennie dans nos rapport avec l'Europe en général et l'Allemagne en particulier ",a indiqué le président. De bonnes bases ont été jetées pour promouvoir les relations entre les deux pays et entre la Russie et l'Europe dans son ensemble, ainsi que pour harmoniser les relations dans le monde entier. " Il serait dommage de perdre tout cela ", a conclu Vladimir Poutine. (TASS)

Mise à jour : 11:39 (heure de Moscou)

En invitant en 2001 l'Europe à faire confiance à la Russie et à renoncer aux idées de la guerre froide, le président russe Vladimir Poutine n'était nullement pessimiste.

" Je n'ai pas distrtibué d'avertissements ou de mises en garde, je n'étais pas pessimiste. J'ai juste tâché d'analyser la période des développements en Europe et dans le monde après que l'Union soviétique avait cessé d'exister ", a-t-il expliqué.

Son discours n'a été qu'une analyse objective de divers scénarios des développements. " Au contraire, j'ai voulu apporter de l'optimisme dans mon discours. Mon propos était qu'informés de tous les problèmes du passé, nous devrions passer à une édification des relations plus confortable et mutuellement avantageuse à l'avenir ",a dit le président en commentant son discours au Bundestag en 2001.

Vladimir Poutine est l'unique président russe à avoir prononcé un discours au Bundestag. Le 25 septembre 2001, il a notamment dit que sans une architecture de sécurité moderne, fiable et durable, il serait impossible de créer un climat de confiance, et sans cette ambiance, une Europe unique serait impossible. " Nous nous devons aujourd'hui de nous débarrasser des clichés de la guerre froide et de conjuguer nos efforts pour garantir la sécurité sur la planète ", a-t-il lancé de la tribune. (TASS)

Mise à jour : 11:33 (heure de Moscou)

Les garants européens de l'accord conclu entre le président ukrainien Victor Ianoukovitch et l'opposition ukrainienne d'alors, en février dernier, auraient dû insister pour le mettre en oeuvre, estime le président russe Vladimir Poutine.

Le 21 février 2014, les chefs des diplomaties allemande, française et polonaise se sont réunis à Kiev pour se porter garants de l'accord conclu entre le président et l'opposition de l'époque pour ramener les événements dans l'arène pacifique. " Les autorités ont misé sur la mise en oeuvre de ce texte. Effectivement, j'ai eu le même jour une conversation téléphonique avec le président des Etats-Unis, et nous nous sommes exprimés dans ce sens ",a dit Vladimir Poutine.Entre-temps, un coup d'Etat est survenu le lendemain, " malgré toutes les garanties données par les partenaires occidentaux, l'administration présidentielle et le siège du gouvernement ont été occupés ".

" Je tiens à dire à ce propos : les ministres des Affaires étrangères de pays européens - l'Allemagne, la Pologne et la France - n'auraient pas dû apposer leurs signatures en tant que garants du respect des accords conclu entre les autorités et l'opposition, mais s'ils l'ont fait, il fallait insister pour l'exécution, et ils se sont abstenus ", a noté le président russe. On préfère maintenant oublier cet accord, " comme s'il n'avait jamais existé". " Je pense que c'est absolument injustifié et contreproductif ", a conclu Vladimir Poutine. (TASS)

Mise à jour : 11:12 (heure de Moscou)

L'Ukraine est un Etat indépendant, mais il est à craindre qu'elle ne plonge dans le néonazisme, a déclaré le président russe Vladimir Poutine à la chaîne allemande ARD en citant plusieurs exemples.

« Si des gens se promènent avec des bassards à croix gammée, c'est quoi ? Ou si nous voyons l'insigne SS sur les casques de certaines unités paramilitaires qui combattent actuellement dans l'Est de l'Ukraine ?», s’est-il interrogé.

« Si c'est un Etat civilisé, où sont les autorités ? Qu'on leur dise au moins d'enlever cet uniforme, qu'on arrache aux nationalistes ces emblèmes ». « L'Ukraine est un Etat indépendant et souverain,a répété Vladimir Poutine. Je vous dirai franchement : nous redoutons beaucoup les purges ethniques dans ce pays, nous craignons que l'Ukraine ne plonge dans le néonazisme ». « Si c'est le cas, ce sera un désastre pour l'Ukraine et les Ukrainiens », a-t-il conclu. (TASS) /N

Mise à jour : 11:07 (heure de Moscou)

Poutine : l'avenir de l'Ukraine dépend de la volonté de respecter les droits de tous les citoyens

L'avenir de l'Ukraine dépend de la volonté des autorités de respecter les droits de l'ensemble des citoyens, a déclaré Vladimir Poutine.

Selon lui, il est nécessaire que les habitants sentent que l'Ukraine est leur patrie et qu'ils ont le droit de décider de quelque chose dans leur vie en toute indépendance.

Le président de Russie s'est déclaré perplexe face à l'opposition de certaines forces politiques en Ukraine d'accepter l'idée du fédéralisme. Il a pourtant noté qu'une part importante des Ukrainiens avait soutenu le plan de conclusion d'un accord sur l'intégration européenne.

Mise à jour : 11:05 (heure de Moscou)

La Russie a préconisé une solution pas à pas des problèmes, notamment économiques, qui découlent de l'intégration européenne de l'Ukraine, mais sa position a été rejetée, a déclaré le président russe Vladimir Poutine.

« Nous avons dit dès le début : Ecoutez, nous sommes pour, mais faisons-le graduellement, vu les problèmes réels qui risquent de surgir entre nous et l'Ukraine. Qu'est-ce qu'on nous a répondu ? Cela ne vous regarde pas, occupez-vous de vos oignons », a-t-il dit.

L'accord d'association entre l'Ukraine et l'UE prévoit d'exonérer de droits de douane les produits européens exportés vers l'Ukraine, alors que celle-ci est déjà membre de la zone de libre-échange de la CEI. Cela veut dire que toutes les marchandises européennes passeront directement en Russie par la frontière ukrainienne, explique Vladimir Poutine. D'autres problèmes sont relatifs à la différence entre les standards techniques en Russie et dans l'Union européenne, aux normes phytosanitaires et aux règles de traçabilité des produits.

« Vos compagnies qui ont investi des milliards d'euros dans des entreprises en Russie (Volkswagen, BMW, Peugeot, Citroën ou l'américain Ford, etc.) ont débouché sur notre marché à d'autres conditions, à condition de relocaliser la production. Comment pourrions-nous tolérer tout cela ? »

« En réalité, il se passe dans la sphère économique presque la même chose que dans le domaine sécuritaire» : on dit une chose et on fait autrement, on parle de la nécessité de créer un espace unique, mais en fait on trace de nouvelles lignes de clivage, a regretté le président. (TASS)

Mise à jour : 10:51 (heure de Moscou)

Ukraine : Poutine met en garde contre l'attisement de la russophobie

La promotion de la russophobie en Ukraine risque d'avoir des conséquences catastrophiques, estime le président russe Vladimir Poutine.

« On nous dit toujours : les séparatistes pro-russes doivent faire ça et ça, vous devez exercer une influence. Je demande : et vous, qu'est-ce que vous avez fait pour exercer une influence sur vos clients à Kiev ? Est-ce que vous ne faites qu'attiser les sentiments russophobes ? Ceci est d'ailleurs très dangereux. Si quelqu'un a l'intention de promouvoir sournoisement la russophobie en Ukraine, ce serait catastrophique », a déclaré le numéro un russe.

Selon le chef du Kremlin, il est nécessaire de parvenir un rapprochement entre Moscou et l'Occident face à la crise ukrainienne et d'adopter des décisions communes.

Mise à jour : 10:43 (heure de Moscou)

Ukraine/Est : Moscou empêchera Kiev d'éliminer ses adversaires

La Russie ne permettra pas à Kiev d'éliminer ses adversaires politiques dans le Sud-est de l'Ukraine, a promis le président russe Vladimir Poutine.

« Des combats se déroulent actuellement dans l'Est de l'Ukraine. Les autorités centrales y ont envoyé des troupes et utilisent des missiles balistiques. Se trouve-t-il quelqu'un pour en parler? On n'entend pas un mot», a déclaré le chef d'Etat russe.

Mise à jour : 10:15 (heure de Moscou)

Poutine : l'élargissement de l'OTAN a modifié l'espace géopolitique

L'élargissement de l'OTAN et son rapprochement des frontières de la Russie ont notablement modifié l'espace géopolitique.

Il a souligné que la Russie ne déployait pas ses bases partout dans le monde.

« Ce sont les bases de l'OTAN, les bases américaines qui sont déployées de par le monde, notamment à proximité de nos frontières, et leur nombre augmente », a constaté Vladimir Poutine.

Il a rappelé les récentes décisions sur le déploiement des forces d'opérations spéciales à proximité immédiate des frontières russes. T  

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
Grands titres