Ecoutez Radio Sputnik
    Le refus de Kiev de dialoguer a conduit la situation dans l’impasse

    Le refus de Kiev de dialoguer a conduit la situation dans l’impasse

    © Photo: RIA Novosti/Valeriy Melnikov
    Actualités
    URL courte
    0 0 0 0

    La Russie ne laissera pas Kiev exterminer ses adversaires politiques dans le sud-est de l'Ukraine, a promis le président russe Vladimir Poutine dans une interview accordée à la chaîne de télévision allemande ARD.

    Il a noté que les autorités ukrainiennes refusaient le dialogue avec les milices du Sud-est, ce qui conduit la situation dans l’impasse. La veille le président d’Ukraine Piotr Porochenko a déclaré que le pays était prêt à une guerre d’envergure.

    Un dialogue politique – voilà ce qu’il faut pour régler le conflit armé en Ukraine. C’est un grand pays multinational, dont les habitants parlent le russe, le hongrois, le polonais, l’ukrainien. Mais au lieu de donner à ressentir à tous leur participation à leur Patrie, les autorités ont mis le cap sur le nationalisme. Les choses sont allées au point où avec la complaisance des autorités les militaires portent l’uniforme aux insignes SS et à la croix gammée et se comportent de la façon appropriée. Dans son interview aux journalistes allemands le président russe a expliqué le fond du problème.

    « Un coup d’Etat s’est produit à Kiev. Une bonne partie de la population l’a soutenu. Mais une autre, dans le Sud-est, ne l’a pas appuyé, en disant : « Nous ne vous reconnaissons pas ». Et au lieu de commencer le dialogue pour expliquer aux citoyens que les autorités centrales à Kiev n’envisageaient rien de mauvais, mais au contraire allaient proposer diverses variantes de coexistence, de développement de l’Etat commun, étaient prêtes à octroyer des droits, au lieu de cela elles ont commencé à les arrêter la nuit. Après ces arrestations les gens dans le Sud-est ont pris les armes. Et au lieu de s’arrêter là (les autorités doivent faire preuve de plus de sagesse) et entamer un dialogue, elles ont envoyé l’armée, l’aviation, les blindés, les systèmes de lance-roquettes multiples. Et tout s’est retrouvé dans l’impasse. »

    Comme l’a déclaré le président du pays Piotr Porochenko, la direction ukrainienne examinait divers scénarios de l’évolution du conflit dans le Donbass et s’est même préparée à celui d’une guerre totale. M. Porochenko dit à la fois que l’état actuel de préparation de l’armée ukrainienne était visiblement meilleur qu’il y a 5 mois. C’est-à-dire qu’il ne cache pas à quoi avait servi le cessez-le-feu, conclu le 5 septembre à Minsk. Kiev renonce également à d’autres ententes de Minsk. Ainsi a été retirée la décision du parlement d’octroyer au Donbass le statut d’un territoire spécial. Kiev n’est nullement gêné par le fait que l’accord avait été conclu sur concertation avec l’OSCE et avec l’approbation de l’ONU et annulée sans prise en compte de l’opinion internationale. D’ailleurs les organisations internationales et les pays d’Occident ne commentent d’aucune façon une telle tournure, a remarqué le président de Russie Vladimir Poutine.

    « Des combats se déroulent actuellement dans l'est de l'Ukraine. Les autorités centrales y ont envoyé des troupes et utilisent des missiles balistiques. Est-ce que quelqu'un en parle? Personne n’en dit un mot. Cela veut dire que vous voulez que les autorités ukrainiennes exterminent tous leurs adversaires et opposants politiques là-bas? Est-ce que c'est ça que vous voulez? Quant à nous, nous ne le voulons pas, et nous ne le laisserons pas faire. »

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Grands titres