Ecoutez Radio Sputnik
    La Bretagne bientôt reconnue par Israël ? (Partie 2)

    La Bretagne bientôt reconnue par Israël ? (Partie 2)

    © Photo: La Voix de la Russie/Lioudmila Kolina
    Actualités
    URL courte
    117120

    La deuxième partie de l'entretien avec Louis Mélennec, docteur en droit et en médecine, historien de la Bretagne. (Partie 1)

    LVdlR : Depuis plusieurs dizaines d'années que vous militez, y-a-t-il des progrès ?

    Louis Mélennec : Les progrès sont spectaculaires. L'interlude dramatique « républicain », de 1789 à 1950, marqué par un écrasement mental effrayant de la Bretagne, a failli être fatal à notre pays. A cette époque, la victoire de la France semble être totale. Dans mon enfance, les jeunes ne parlent plus leur langue, ils sont honteux de leur culture, et surtout d'eux-mêmes. C'est ce que j'ai décrit sous le nom de syndrome breton. « Les Bretons, c'est comme les cochons » clame le débile Charles Pasqua, ministre de la « République ». Un réveil se produit timidement à partir des années 1960. Les progrès de ces dernières années sont spectaculaires : les jeunes redécouvrent leurs instruments, leur musique et leur danses traditionnelles ; on crée des « fest-noz » ; un vaste mouvement de création artistique s'épanouit peu à peu, dans tous les domaines : le chant, la musique, le théâtre … Les jeunes s'essaient à parler leur langue, dont ils réclament l'enseignement obligatoire. Ils renouent avec leur histoire. Des associations très nombreuses, des sites, des blogs se créent. En 2014, notre hymne national , a remplacé la Marseillaise. Le drapeau breton flotte partout sur le pays. Pas de librairie qui n'affiche aujourd'hui de forts rayons peuplés de livres consacrés à la Bretagne. Nous venons de faire savoir à l'Etat d'à côté, que nous prenons en charge, par des voies diverses, l'enseignement de l'histoire, et que nous lui interdisons de s'en mêler. Le plus grand progrès, qui contient en germe tout l'avenir, est la prise de conscience des jeunes : le complexe d'infériorité dont nous étions accablés est remplacé ostensiblement par une fierté des origines et de la culture ; on revendique hautement sa nationalité, et l'on montre sa carte d'identité bretonne – encore officieuse. On affiche la volonté de se réapproprier l'enseignement de l'histoire, et d'interdire péremptoirement à la France de s'en mêler. Trente pour cent des jeunes de moins de 25 ans réclament l'indépendance. Un témoignage flagrant de cette prise de conscience :les 27 députés socialistes quiviennent, de connivence avec le gouvernement français, de faire échec à la réintégration de la Loire-Atlantique dans notre territoire national, sont traités publiquement de traîtres, voire de collabos !

    Les revendications actuelles visent à la reconnaissance d'un Parlement breton, d'un authentique gouvernement, d'un régime fiscal distinct, d'un budget breton, conforme à la richesse du pays, qu'une gestion parisienne absurde et incompétente étouffe … Quant à moi, je vois plus loin : la France, qui a fait tant de mal, doit être chassée, cinq siècles d'occupation doivent donner lieu à des réparations, les Bretons qui ont ostensiblement vendu leur âme doivent être jugés.

    LVdlR : L'explication, la corruption des politiciens ?

    Louis Mélennec : La corruption est un phénomène universel. La Bretagne n'échappe pas à la règle. Mais la corruption est moindre dans notre civilisation bretonne que dans la civilisation du pays d'à côté. L'honnêteté a encore un sens en Bretagne. Nicolas Sarkozy, à l'Elysée, devant des industriels, dont Alain Glon, président du célèbre club de Locarn, a prononcé cette phrase : « Vous, Bretons, ne réussirez jamais, vous êtes trop honnêtes. Voyez : l'économie du Languedoc-Roussillon est souterraine à hauteur de 25 pour cent. » Invitation à la malhonnêteté ? Non ! Il y a une psychologie bretonne spécifique : nous devons être nous-mêmes, et agir selon notre mentalité, qui nous vaut tout de même, globalement en tous cas, le respect. J'en apporte témoignage. C'est d'une autre corruption que je parle : celle des esprits. A force d'avoir été mentalement écrasés par la France, et pendant si longtemps, les Bretons sont devenus et restés craintifs. Les langues se libèrent, c'est vrai. Mais pas assez, ni assez vite. Combien de fois n'ai-je pas été averti par des amis – par ma famille, même -, que de parler vrai m'exposerait à tous les dangers. Cela n'a compromis que ma « carrière », ce que je ne regrette pas, puisque j'ai refusé moi-même toutes les tentatives de récupération du système, ceci depuis ma jeunesse. Pour beaucoup d'entre nous, nos convictions sont beaucoup plus importantes que le reste, en tout cas plus importantes que le succès matériel. L'une des spécialités de la France est de placer à la tête de l'Etat des pauvres hères, certains à la limite de la débilité mentale. « Je vote pour le plus bête », disait Clémenceau, lors des élections présidentielles. Jacques Chirac, le chef d'Etat le plus médiocre depuis l'élection de Hugues Capet au trône de France, il y a 1000 ans, dont le Premier ministre Dominique de Villepin a dit, devant témoin « cet homme n'a rien dans la tête », est largement surpassé par l'homme « normal », qu'hélas, Français et Bretons doivent supporter, beaucoup plus incompétent encore. La Bretagne ne peut plus accepter cela : nous méritons mieux. Et nous avons pour cela les hommes qu'il faut, si on élimine les « parlementaires » accoquinés avec l'Etat français.

    LVdlR : Vous demandez à Israël de reconnaître la Bretagne comme Etat indépendant ?

    Louis Mélennec : Plus de 300 cents députés viennent de voter une adresse, tendant à la reconnaissance de l'Etat palestinien par la France. La France, qui a mis l'Europe à feu et à sang, et alimenté tant des guerres pendant toute son histoire, qui a conquis dix millions de kilomètres carrés dans le monde, soit 20 fois sa propre superficie, perpétré plusieurs génocides, massacré des centaines de milliers d'innocents, s'est convertie, devenue vieille et débile, en professeur de vertu. Avec quelle outrecuidance ! Elle a voulu faire voter par son parlement une loi mémorielle reconnaissant le génocide arménien. Comme si des parlementaires pouvaient donner crédit à un fait historique, très largement démontré par l'histoire. Nous avons réagi, et demandé à l'Etat turc …. de reconnaître le génocide brito-vendéen. (Pour lire cette lettre, tapez simplement dans la case google ces deux mots : mélennec turquie). Le gouvernement turc garde notre dossier dans ses cartons, au cas ou la France s'aviserait de vouloir faire voter à nouveau le parlement français sur ce sujet, ce que ce bon M. Hollande, spécialiste tous azimuts des promesses non tenues, a promis !). Les Juifs savent mieux que d'autres ce que sont les génocides, et les persécutions des peuples. Qui mieux que le Président de l'association Bretagne-Israel, M. Hazo Nétanel, a qualité pour décrire ce que sera l'avenir de la Bretagne dans le concert des Nations mondiales ? Lisez : « Que de régressions, de persécutions, de tueries perpétrées à l’encontre de ce peuple qui veut légitimement vivre sa culture, sa langue, dans son propre pays ! C’est un miracle qu’il soit toujours debout.La pugnacité, l’opiniâtreté ne sont pas de vains mots pour désigner les Bretons. Les Juifs ont les mêmes qualités. Vos écrits rejoignent mes réflexions sur les peuples Juif et Breton …. Le peuple breton sort de cette léthargie, de ce confort d’esclave ou tout est mis à sa disposition pour mieux l’étouffer. Le chemin sera long encore jusqu’à l’indépendance mais c’est inéluctable. La France est en faillite morale, intellectuelle, elle éclatera du fait des différentes communautés qui la phagocytent …. C’est une chance pour les peuples premiers de France ».

    Un groupe de Bretons envisage donc, de demander à l'Etat d'Israël de reconnaître l'Etat breton, et de soutenir son adhésion à l'ONU, où il fera grande figure. Nous n'avons pas encore de gouvernement provisoire, mais nous en aurons un, sans doute plus vite qu'on ne le pense : comme ces pays « normaux » que sont la Catalogne, patrie héréditaire de M. Manuel Valls, le Pays basque, le Canada français, l'Ecosse, les Länder allemands, et tant d'autres. La France réactionnaire est entrée dans une spirale d'échecs en Bretagne, parce qu'elle viole le droit depuis cinq siècles, dans des conditions honteuses ; la Bretagne va triompher, parce qu'elle respecte le droit des peuples et des gens : nous ne faisons pas partie du même monde./N




    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Quand la Bretagne rebelle s’invite aux présidentielles
    Courrier des lecteurs Gérard Hirel, 2008-02-26 12:33
    Jacques Chirac en lice pour le Nobel de la Paix
    La crise entre les militaires et le Président Macron
    Courrier des lecteurs Daniel BESSON, 2009-08-03 14:01
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik