Ecoutez Radio Sputnik
    Yalta, Crimée

    Crimée: "Cette terre est russe, et ce n’est pas une approche historique"

    © Flickr/ ahenobarbus
    Actualités
    URL courte
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)
    65844

    La Crimée est russe, et "ce n’est pas une approche historique. Aujourd’hui, les faits montrent clairement que le peuple de la Crimée est un peuple qui est attaché à la Russie et qui est russe tout simplement", estime l'éditorialiste de "Boulevard Voltaire" Ronald Zonca dans un entretien à Sputnik.

    "J'ai très bien connu l'époque où la Crimée était ukrainienne. Maintenant je peux voir la différence qu'il y a entre la Crimée +ukrainienne+ et la Crimée russe", dit M.Zonca. "En vivant vraiment au quotidien on se rend compte que les gens en effet sont déjà très heureux et très fiers", souligne-t-il, citant ses amis criméens qui disent qu'actuellement ils vivent dans un pays qu'ils aiment. "C'est quand même très révélateur", estime l'éditorialiste.

    "Cette terre est russe. Et ce n'est pas une approche historique. Aujourd'hui les faits montrent clairement que le peuple de Crimée est un peuple qui est attaché à la Russie et qui est russe tout simplement", poursuit-il. Selon M.Zonca, ses amis criméens ne comprennent pas la langue ukrainienne. M.Zonca donne l'exemple d'une juriste qu'il a connue et qui avait du mal à comprendre les textes de lois venus de Kiev, car ils étaient écris en ukrainien et qu'elle était russe.

    M.Zonca raconte que tous les Tatars qu'il a rencontrés en Crimée étaient un peu effrayés, au début, par l'arrivée de la Russie. "Et aujourd'hui ils disent, au contraire: on vit mieux maintenant qu'autrefois… Il y a une très bonne cohabitation. Il n'y a pas de Tatars martyrisés, de signes de discrimination… Au contraire, ils sont très heureux d'avoir une langue qui est reconnue maintenant comme langue officielle", constate M.Zonca.

    L'éditorialiste considère le départ de Thierry Mariani de son poste du groupe du Parti populaire européen au sein de l'APCE, en raison de sa visite en Crimée, "un petit peu étonnant de la part de gens qui prônent la coopération au niveau de l'Europe et ont fait une éviction de cette personne. Pour moi, c'est le signe aussi que ce sont des gens qui ne sont pas très intéressants à fréquenter", lance-t-il.

    Une délégation de dix députés français s'est rendue cet été en Crimée. Le chef de la délégation du parlement français en Crimée, Thierry Mariani, avait déclaré qu'il ne voyait aucune raison de maintenir les sanctions européennes contre la Russie. Le député a rappelé que le but de ce déplacement était de "voir de nos propres yeux" ce qui se passait en Crimée.

    Dossier:
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)

    Lire aussi:

    Bons baisers de Crimée! Echange de tweets entre Mariani et l’ambassadeur d’Ukraine
    Mariani: les entreprises françaises veulent rester en Russie malgré les sanctions
    Thierry Mariani en Crimée: "On ne se bat jamais contre l’histoire"
    Députés français en Crimée: la péninsule est une région russe
    Tags:
    Ronald Zonca, Thierry Mariani, Crimée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik