Actualités
URL courte
2829
S'abonner

"Nous ne sommes pas une agence touristique" pour évaluer le nombre des arrivants ukrainiens, déclare le commissaire européen aux affaires intérieures.

La Commission européenne n'a pas évalué le nombre d'Ukrainiens et de Géorgiens qui pourraient entrer sur le territoire de l'UE après la levée des visas, mais estime qu'un flot important d'arrivants ne fera que prouver l'efficacité de la coopération, déclare le commissaire européen aux migrations et aux affaires intérieures Dimitris Avramopoulos.

Auparavant, la Commission européenne a annoncé que Kiev et Tbilissi avaient rempli toutes les conditions nécessaires en vue de la libéralisation du régime des visas avec l'UE. La Commission a également déclaré qu'elle soumettrait au Conseil de l'UE, début 2016, ses propositions législatives concernant la levée des visas courts séjour pour l'Ukraine et la Géorgie. De plus, la Commission fait remarquer que les Ukrainiens et les Géorgiens pourront passer la frontière de l'UE sans visas dans quelques mois.

"Nous ne sommes pas une agence touristique. Mais je crois que ceux qui viendront faire du tourisme ou étudier seront nombreux. Ils attendent le feu vert depuis longtemps et maintenant ils l'ont. Plus ils seront nombreux à venir, plus cela attestera du succès de notre coopération. Ils seront accueillis à bras ouverts dans l'UE et dans la zone Schengen", a dit M. Avramopoulos en répondant à la question des journalistes désireux de savoir si la Commission pouvait estimer le nombre d'arrivants ukrainiens et géorgiens après la suppression des visas.

Les négociations sur la libéralisation du régime des visas ont été lancées en 2008. En novembre 2010, l'UE a proposé à l'Ukraine un plan d'actions visant la libéralisation du régime en vigueur. Kiev considère la question de la libre circulation vers l'UE comme une des priorités de sa politique extérieure. Le chef de la diplomatie ukrainienne Pavel Klimkine a exprimé l'espoir que Kiev obtiendrait le droit à la libre circulation vers l'UE d'ici la fin de l'été 2016, au plus tard à l'automne.

De son côté, Tbilissi espère que l'Union européenne introduira le régime de la libre circulation pour les Géorgiens fin 2015 — début 2016.

Lire aussi:

Les USA souhaitent faire de l'Ukraine un membre de l'UE à tout prix
Juncker rappelle à l'Ukraine ses obligations avant de demander la levée des visas
La crise migratoire met en danger le Schengen et risque de diviser l'Europe
Tags:
régime sans visas, migrants, Commission européenne, Europe, Géorgie, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook