Ecoutez Radio Sputnik
    Drone

    Pas de drones sur le sommet du G7 2016 au Japon

    © Wikipedia/ Mike Young
    Actualités
    URL courte
    2110

    Le gouvernement du Japon a interdit les drones dans les lieux où se tiendront les rencontres dans le cadre du sommet du G7.

    Le gouvernement du Japon a interdit les drones dans les lieux où se tiendront les rencontres dans le cadre du sommet du G7, annonce le radiotélédiffuseur japonais NHK. Rappelons que le sommet 2016 se déroulera à Shima, dans la préfecture de Mie, à la fin du mois de mai.
    Les députés du parlement régional de Mie ont pris cette décision afin de garantir la sécurité de la rencontre au sommet. Il est attendu que l'interdiction serrait en vigueur au cours de deux mois, soit du 27 mars au 28 mai 2016. Selon les législateurs locaux, c'est la première fois dans l'histoire japonaise que les drones sont interdits.


    Selon l'information officielle, les drones seront interdits dans l'espace aérien de l'île Kasiko, lieu de rencontre pour les dirigeants des pays du G7, soit: la Grande Bretagne, l'Italie, le Canda, les Etats-Unis, la RFA, la France et le Japon. De plus, les mesures seront appliquées sur un périmètre de 1,5 kilomètre. L'usage de drones sera interdit également dans quelques sites que les chefs visiteront.
    L'île Kasiko, dont la surface est de 680 mille km carrés, fait partie de la ville de Shima dans la préfecture de Mie. C'est là, à l'hôtel et au centre des congrès que les leaders séjourneront pendant le sommet du G7. Une source indique que l'hôtel serait équipé de verres blindés. Des voitures blindées seront mises à la disposition des chefs pour leur transport sur l'île. De plus, une nouvelle plate-forme d'hélicoptère est prévue pour assurer un service de transport réactif et sécuritaire.
    En août, le parlement nippon a mis en pratique des amendements limitant partiellement l'usage des drones sur le territoire de l'archipel. Ils entreront en vigueur en décembre. Actuellement, dans les grandes villes, aux abords des sites gouvernementaux, centrales électronucléaires et aéroports, l'usage des drones est impossible sans une permission spéciale.
    Les autorités japonaises ont pris cette décision après un incident avec un drone portant du sable contaminé de Fukushima qui avait atterri sur le toit de la résidence du premier ministre. Les experts ont établi que les émissions de rayonnement étaient caractéristiques de l'isotope de césium et qu'ils ne représentaient pas un danger pour l'homme. A ce moment, l'usage des drones n'était pratiquement pas encadré.

    Lire aussi:

    Le Japon refuse de rejoindre la coalition US contre Daech
    Kiev demande au G7 de financer l'achat de gaz russe
    Les Américains devront immatriculer leurs drones
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik