Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    S-400 russes pour la Turquie: les livraisons commenceront en 2019

    © Sputnik . Evgueni Biatov
    Actualités
    URL courte
    8220

    Sur fond de tensions entre Washington et Ankara, les premiers systèmes de missiles sol-air russes S-400 seront livrés à la Turquie à partir de l'année prochaine, a annoncé l'agence russe Rosoboronexport.

    La Russie commencera à s'acquitter de son contrat de livraison à la Turquie de systèmes de missiles sol-air S-400 l'année prochaine, a déclaré le président de l'agence russe Rosoboronexport, Alexandre Mikheev.

    «Concernant les S-400 pour la Turquie, le contrat est respecté dans les délais prévus. En 2019, nous commencerons à nous en acquitter», a indiqué le responsable russe.

    Auparavant, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu avait déclaré que la décision d'Ankara d'acheter les systèmes de DCA russes S-400 s'expliquait par un besoin urgent de protéger l'espace aérien du pays.

    Il a été annoncé que l'administration américaine comptait présenter au Congrès un rapport concernant la possible incompatibilité des S-400 avec les systèmes de DCA et les avions américains.

    En raison de l'intention de la Turquie d'acheter des systèmes de défense antiaérienne russes S-400, le Congrès américain a adopté le 25 juillet un amendement à la dernière version du budget de la défense pour 2019, qui gèle les livraisons de chasseurs F-35 à la Turquie

    Le porte-parole du Président turc Ibrahim Kalin a déclaré le 31 juillet qu'Ankara prendrait des mesures juridiques si les autorités américaines s'opposaient à la livraison de chasseurs F-35 à la Turquie.

    Lire aussi:

    La Turquie précise quelle sera sa réaction si les USA refusent de lui livrer des F-35
    Le Congrès US aurait gelé les livraisons de F-35 à la Turquie
    Y aura-t-il des F-35 sans Ankara? Un ex-militaire turc fait part de ses doutes
    Tags:
    S-400, Alexandre Mikhéïev, Turquie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik