Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Emmanuel Macron menace de trouver une alternative au G7

    © AFP 2019 Christof STACHE
    Actualités
    URL courte
    20740

    Au cours de la 73e Assemblée générale des Nations unies, le Président français a averti qu'il était prêt à trouver une solution de remplacement au G7, soulignant que si l'un des membres ne voulait pas avancer, la structure irait «chercher de nouvelles coalitions, de nouveaux formats».

    Le Président français a menacé, au cours de la 73e Assemblée générale des Nations unies, de trouver une solution de remplacement au G7. Évoquant la COP 21, la Conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques, il a fait remarquer qu'il était important d'œuvrer au sein du G7 en vue de réviser les engagements à la hausse.

    «Nous travaillerons au G7 pour que les engagements pris à la COP 21 soient revus à la hausse. Et si l'un des membres [du G7, ndlr] ne veut pas avancer, nous avancerons quand même en allant chercher de nouvelles coalitions, de nouveaux formats», a-t-il indiqué.

    Il a également proposé de ne plus signer d'ententes commerciales avec les pays qui ne se conforment pas à l'accord de Paris sur le climat.

    «Ne signons plus d'accords commerciaux avec les puissances qui ne respectent pas l'accord de Paris», a-t-il déclaré à la tribune de l'Onu, sans citer nommément les États-Unis qui en sont sortis.

    En outre, la France, qui assurera la présidence tournante du G7 à partir du 1er janvier 2019, souhaite faire participer à cette structure internationale de nouveaux pays, a encore souligné Emmanuel Macron.

    «Je souhaite pouvoir revoir en profondeur le format [du G7, ndlr] pour mieux associer plusieurs autres puissances», a-t-il déclaré.

    Le Président français a parlé également du Conseil de sécurité des Nations unies qu'il estime nécessaire d'élargir pour mieux refléter le rapport des forces dans le monde moderne.

    À l'été 2017, Donald Trump a annoncé que son pays se retirait de l'accord de Paris sur le climat, le premier accord universel sur le réchauffement climatique. Emmanuel Macron avait alors déclaré qu'il respectait «cette décision souveraine», mais qu'il la regrettait, considérant «qu'il [Trump, ndlr] commet là une erreur pour les intérêts de son pays et de son peuple et une faute pour l'avenir de la planète».

    Lire aussi:

    L’avocat de Christian Quesada dégaine une information choc sur la sexualité de son client
    Un «CRS» faisant la fête avec les Gilets jaunes: une révélation inattendue des policiers
    GNL américain: la Chine annonce la sentence
    Tags:
    réchauffement climatique, Accord de Paris sur le climat, 73e session de l'Assemblée générale de l'Onu, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, G7, Donald Trump, Emmanuel Macron, États-Unis, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik