Ecoutez Radio Sputnik
    An Airbus A350 flies past during a preview aerial display of the Singapore Airshow at Changi exhibition center in Singapore February 14, 2016

    Comment les États-Unis espionnent-ils les fleurons de l'aéronautique française ?

    © REUTERS / Edgar Su
    Actualités
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    18433

    Dans une note qu'elle a adressée à l'exécutif, et dont le Figaro a eu connaissance, la DGSI rapporte que les États-Unis ne ménagent pas leurs efforts pour obtenir des secrets industriels étrangers. Dans leur ligne de mire, Airbus mais aussi de nombreuses PME françaises.

    Un document de six pages de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure française (DGSI) en dit long sur les pratiques américaines en matière d'espionnage industriel. Daté du 12 avril dernier et destiné à éclairer l'exécutif, il se présente comme un «panorama des ingérences économiques américaines en France», selon Le Figaro qui en a pris connaissance. 

    «Les acteurs américains déploient une stratégie de conquête des marchés à l'export qui se traduit, à l'égard de la France en particulier, par une politique offensive en faveur de leurs intérêts économiques», écrivent les analystes de la DGSI.

    Pour y parvenir, les Américains ont mis en place un système plus sophistiqué que de simples écoutes. Des entités aussi bien publiques que privées (administrations, entreprises, cabinets d'avocats et de conseil) «œuvrent de concert et déploient un arsenal de dispositifs et mesures économiques et juridiques ».

    Petites ou grandes, aucune entreprise n'y échappe. Toujours d'après les analystes du renseignement français, «les secteurs ciblés correspondent à des domaines d'avenir présentés de longue date comme stratégiques par les autorités américaines, dont l'aéronautique, la santé et plus généralement le monde de la recherche».

    L'aéronautique est le secteur industriel qui retient particulièrement l'attention des services américains. Airbus est l'entreprise qui les intéresse le plus: «Dans un contexte très concurrentiel, où les États-Unis se prêtent à des manœuvres pour favoriser Boeing sur des marchés prometteurs, le groupe Airbus connaît des difficultés conjoncturelles depuis quelques années ».

    L'avionneur français « fait actuellement l'objet d'audits de conformité en matière de lutte contre la corruption. C'est dans ce cadre qu'interviennent en son sein des cabinets d'avocats américains». Ce qui inquiète les services français, c'est que ces avocats, sous couvert d'audit «disposent, depuis 2015, d'un accès privilégié à des données stratégiques du groupe».

    Garder un œil sur son ennemi, ou carrément lui mettre la main dessus. Afin d'écarter de potentielles sociétés concurrentes, ces « acteurs » proposent des financements ou en prennent le contrôle par des fonds américains: «les PME ne se sont pas suffisamment armées et les grands groupes français semblent également vulnérables, privilégiant des stratégies de repli et d'évitement afin de ne pas s'exposer».

    D'après un préfet, cité par Le Figaro: «les Américains coopèrent très fortement avec la France et les services alliés au niveau opérationnel contre le terrorisme islamique et l'espionnage chinois ou russe, mais 60 % de leur activité reste centrée sur la recherche de renseignements stratégiques. Tous les moyens sont bons pour faire vivre leur patriotisme économique.

    Lire aussi:

    Airbus, nouvelle proie des autorités américaines
    Coopération des services secrets français et syrien, Le Drian reste muet face à Sputnik
    Airbus et Bombardier lancent une offensive contre Boeing
    Tags:
    renseignement, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik