Actualités
URL courte
2230
S'abonner

Intervenant devant ses alliés au sein de l’Otan, le chef d'État turc a une fois de plus défendu l’achat de systèmes de missiles russes S-400 par son pays.

Ankara juge inacceptables les tentatives de remettre en question l’acquisition de missiles anti-aériens russes S-400 par la Turquie, a déclaré Recep Tayyip Erdogan lors d’une réunion du Dialogue méditerranéen de l’Alliance atlantique.

Selon le dirigeant turc, les relations que son pays a établies et maintient avec différents pays ne s’opposent pas les unes aux autres, mais se complètent.

«Je considère comme inacceptables les tentatives d’attiser une controverse autour de l’achat de S-400», a indiqué M.Erdogan cité par le quotidien turc Hürriyet.

Fin 2017, Ankara a signé avec Moscou un contrat estimé à plus de 2,1 milliards d’euros pour la livraison de S-400, prévue en juillet 2019. Selon le ministre turc de la Défense nationale, Hulusi Akar, Ankara commencera à déployer les S-400 sur son territoire en octobre prochain.

Washington a prévenu Ankara que le contrat conclu avec Moscou pourrait remettre en cause l’achat d’avions de chasse furtifs F-35 à Lockheed Martin. Pourtant, Recep Tayyip Erdogan a promis que son pays ne reviendrait pas sur la décision d’acheter des S-400.

Fin avril, le dirigeant turc a proposé à Donald Trump de mettre en place un groupe de travail commun consacré au S-400.

Lire aussi:

Une nouvelle carte du déconfinement rendue publique lors du discours du Premier ministre
Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Une photo de Castaner dégustant des huîtres sur une plage sans respecter les gestes barrières fait polémique
Jean-Jacques Bourdin flashé à 186 km/h à plus de 100 km de son domicile, son permis de conduire confisqué
Tags:
Turquie, États-Unis, Russie, F-35 Lightning II, défense antiaérienne, Recep Tayyip Erdogan, S-400, OTAN
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook