Actualités
URL courte
521588
S'abonner

Contrairement aux apparences, la mère d’Alain Bertoncello, l’un des militaires tués au Burkina Faso, a repoussé la main d’Emmanuel Macron lors de l’hommage national rendu aux Invalides en raison d’une épaule fracturée, a expliqué son mari.

La scène a agité les réseaux sociaux après la cérémonie d'hommage aux deux soldats français morts pour libérer des otages, organisée le mardi 14 mai aux Invalides.

Après qu'Emmanuel Macron a posé sa main sur l’épaule de la mère d’Alain Bertoncello, l’un des deux militaires, pour lui témoigner de sa compassion, elle l'a repoussée. Ce geste a été interprété par certains comme une marque de rejet et de défiance.

Pourtant, comme le révèle le site Check News de Libération, son geste n’était pas un signe de rejet. Le média a contacté son mari, qui a expliqué ce comportement:

«Ma femme a l’épaule droite fracturée et elle a eu mal. Il n’y a aucune intention de repousser le Président de la République. C’est un simple geste lié à la douleur», a-t-il déclaré.

Pour étayer ses explications, le site montre la scène, filmée quelques minutes après l’échange entre le Président et la mère d’Alain Bertoncello, qui la montre en train de se tenir le bras droit.

Le 10 mai, l'Élysée a annoncé que les deux Français disparus le 1er mai lors de vacances au Bénin, ainsi qu'une Américaine et une Sud-Coréenne, tous les quatre détenus dans le Sahel, avaient été libérés lors d'une opération menée par les forces françaises. Deux militaires français, Alain Bertoncello et Cédric de Pierrepont, ont été tués lors de la libération des otages.

Lire aussi:

Ce ne sont pas les dinars libyens qui sont «faux» mais les dires des USA: Moscou réagit aux accusations de Washington
Mort de George Floyd: le gouverneur du Minnesota annonce la mobilisation totale de la Garde nationale
«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Tags:
geste, hommage, militaires, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook