Actualités
URL courte
Par
19523
S'abonner

Affirmant que la production du Spoutnik V en Russie «n’est pas si simple», la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher a indiqué sur LCI que des discussions étaient en cours pour savoir si la France est capable d’aider la Russie à augmenter sa capacité.

Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée à l'Industrie, a évoqué ce mercredi sur le plateau de LCI la situation autour du vaccin russe anti-Covid Spoutnik V en Europe. Elle a affirmé que la France était en train de mener des discussions pour évaluer ses capacités en vue d’aider la Russie à augmenter ses capacités de production du vaccin.

«Il y a un sujet tout simple, qui est que sa production industrielle en Russie n'est pas si simple. […] Nous sommes en discussion pour savoir si nous sommes capables de les aider à augmenter leurs capacités de production», a-t-elle déclaré.

​Interrogé pour savoir si le Spoutnik V pourrait bientôt arriver en Europe et dans l'Hexagone, elle a affirmé qu’il s’agissait d’ «un vaccin un peu complexe» qui «ne saurait pas servir le marché européen».

Pour sa part, la vice-Première ministre russe Tatiana Golikova a fait savoir le 20 février que la Russie envisageait de fabriquer 83 millions de doses du Spoutnik V d’ici la fin du premier semestre 2021. Le pays a par ailleurs lancé la production de son deuxième vaccin contre le Covid-19, l'EpiVacCorona.

Début février, l'Autriche s'est déclarée prête à produire le vaccin russe sur son sol s’il est enregistré dans l’UE. La chancelière allemande Angela Merkel s'est dite également ouverte à l'utilisation de ce vaccin dans l'Union européenne. Par ailleurs, début février, la Russie a contacté le laboratoire allemand IDT pour produire en Europe son vaccin.

Dans l’attente

D’après Pannier-Runacher, l’Agence européenne des médicaments (EMA), le régulateur sanitaire européen, n’a toujours pas reçu de demande formalisée de la part des concepteurs du vaccin russe en vue d’autoriser le Spoutnik V dans l’UE.

La semaine passée, le Fonds russe d'investissements directs (RFPI) a annoncé travailler avec l’EMA pour entamer l'examen en continu du vaccin. Ensuite, les concepteurs pourront déposer une demande d’autorisation.

Deux pays européens ont déjà reçu le Spoutnik V

D'abord accueilli avec scepticisme en Occident, le vaccin russe a depuis convaincu des experts de son efficacité notamment suite à une publication parue début février dans The Lancet. D’après la revue médicale spécialisée, le Spoutnik V est efficace à 91,6% contre les formes symptomatiques du Covid-19.

Une trentaine de pays du monde ont approuvé l’utilisation du Spoutnik V, dont deux situés en Europe, la Hongrie et la république de Saint-Marin. Début février, Budapest a annoncé avoir reçu un lot de ce vaccin. Le 19 février, le RFPI a indiqué que Saint-Marin à son tour a autorisé le vaccin sur son territoire national. Comme ce micro-État européen ne fait pas partie de l’UE, il n'est pas lié par ses règles. Quant à la Hongrie, ce pays, étant membre de l’UE, a pu négocier des contrats d’approvisionnement en vaccin russe pour sa population sans attendre le feu vert de l’EMA. Ces vaccins cependant ne doivent pas être utilisés en dehors des frontières nationales.

Lire aussi:

Moscou publie sa liste des «pays inamicaux» et explique les mesures qui les attendent
La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Trois roquettes tirées en direction d'Israël depuis le territoire syrien
Tags:
vaccination, Covid-19, production, Spoutnik V, vaccin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook