Afrique
URL courte
665
S'abonner

Les autorités algériennes ont mis fin aux fonctions du directeur général de l’Établissement public de télévision (EPTV), Toufik Khelladi, selon un communiqué publié sur le site de l’EPTV. Depuis le 27 février, les journalistes du public dénoncent des restrictions dans l’exercice de leurs fonctions. Il a été remplacé par un proche de Bouteflika.

Le directeur général de la télévision nationale algérienne a été limogé et remplacé, selon un communiqué publié sur le site officiel de l'Établissement public de télévision.

«Le directeur général de l'Établissement public de télévision (EPTV), Toufik Khelladi, a été démis de ses fonctions ce lundi [25 mars, ndlr], et remplacé par M.Lotfi Cheriet», a indiqué le communiqué de l'entreprise. «Ancien journaliste et directeur de l'information de l'EPTV et directeur de Canal Algérie, M.Cheriet est membre de l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV)», est-il précisé.

Le nouveau directeur général de l'EPTV, selon la presse locale, avait fait partie en avril 2009 de la direction de la communication de la campagne présidentielle d'Abdelaziz Bouteflika. En 2014, il avait également soutenu la candidature de l'actuel chef de l'État à la présidentielle à travers la télévision Wiaam (concorde).

Après le début des manifestations populaires en Algérie, le 22 février dernier, dénonçant un 5e mandat du Président Bouteflika et demandant un changement du système, beaucoup de journalistes notamment ceux du public et de la télévision ont dénoncé les conditions qu'ils subissent dans l'exercice de leur travail.

​Dans ce cadre, depuis le 27 février, les journalistes de la télévision et de la radio publiques tiennent des rassemblements devant les sièges de leurs entreprises pour dénoncer cette situation.

Lire aussi:

«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Ce ne sont pas les dinars libyens qui sont «faux» mais les dires des USA: Moscou réagit aux accusations de Washington
Tags:
télévision, démission, ENTV, Abdelaziz Bouteflika, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook