Afrique
URL courte
91410
S'abonner

Mustapha Bouchachi, l'un des représentants de la vague de contestations en Algérie, a rejeté la proposition de l’armée de destituer Abdelaziz Bouteflika de ses fonctions de Président de l’Algérie en raison de son état de santé car cela signifierait que la période de transition serait menée par d'anciens hommes politiques.

Mustapha Bouchachi, avocat et militant pour les Droits de l’Homme, a contesté une éventuelle destitution d’Abdelaziz Bouteflika de ses fonctions de Président de l’Algérie en raison de son état de santé en application de l’article 102 de la Constitution algérienne.

«Cela signifie que l’un des symboles de ce pouvoir, qui a géré le pays pendant les 20 dernières années, en l’occurrence le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, va gérer cette période de transition», a-t-il déclaré au HuffPost Algérie.

«Cela signifie également que le chef du gouvernement, qui a chapeauté les précédentes élections, va également assurer la période de transition», a souligné M.Bouchachi, avant de poursuivre: «s’ils étaient sérieux, ils auraient appliqué l’article 102 depuis plusieurs années».

Ainsi, il estime que la transition doit être effectuée «par des hommes et des femmes qui n’ont pas participé à la gestion du pays durant les 20 dernières années».  

«Les Algériens n’accepteront pas qu’un gouvernement ou des symboles de ce système gèrent la période de transition», a-t-il dit, avant de conclure: «Il faut qu’ils partent et avoir un gouvernement d’union nationale chargé de mener la période de transition».

Le vice-ministre algérien de la Défense nationale et chef d’état-major, Ahmed Gaïd Salah, a appelé mardi à appliquer l’article 102 de la Constitution permettant de destituer Abdelaziz Bouteflika de ses fonctions de Président de l’Algérie en raison de son état de santé.

L’article en question stipule que «lorsque le Président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l'impossibilité totale d'exercer ses fonctions, le Conseil constitutionnel se réunit de plein droit, et après avoir vérifié la réalité de cet empêchement par tous moyens appropriés, propose, à l'unanimité, au parlement de déclarer l'état d'empêchement».

Ciblé depuis près d'un mois par une vague inédite de contestations, l'actuel Président de l'Algérie, Abdelaziz Bouteflika, a renoncé le 11 mars à briguer un 5e mandat et a repoussé la présidentielle — initialement prévue le 18 avril — à la fin de la Conférence nationale dont la date n'a pas encore été fixée.

Lire aussi:

Un rapport remis par le Pr. Raoult il y a 17 ans prédisait le chaos à venir mais le gouvernement l’a ignoré
Cet hôpital parisien a dû recruter des gardes du corps pour protéger les soignants des agressions dans la rue - vidéo
Un chien tombé dans l’eau glacée refuse d'être sauvé par un homme qui plonge pour lui – vidéo
Certains «haïssent» leur propre «incapacité»: quand Pékin recadre Paris sur le Covid-19
Tags:
Constitution, destitution, élection présidentielle, Abdelaziz Bouteflika, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook