Afrique
URL courte
270
S'abonner

Le général Athmane Tartag, dit Bachir, un pilier du régime d’Abdelaziz Bouteflika, a quitté les services de renseignement qu’il dirigeait depuis 2015, ont annoncé ce matin de nombreux médias.

Le général Athmane Tartag, dit Bachir, un proche du clan Bouteflika, n'est dorénavant plus le chef des services de renseignements (DSS, ex-DRS), un poste qu'il occupait depuis 2015.

Selon le site TSA, il a présenté sa démission mardi au Président Abdelaziz Bouteflika, lequel l'a acceptée quelques heures avant de démissionner à son tour.

Le général Tartag avait été désigné par Bouteflika à la tête de la Direction des services de sécurité (DSS) en 2015, après la restructuration des services de renseignement et le départ à la retraite du général Mohamed Mediène, dit Toufik.

Les services du général Tartag dépendaient de la présidence de la République et non du ministère de la Défense, selon l'organigramme révisé des services.

Les médias indiquent que Bachir Tartag a également quitté la Présidence où il occupait le poste de conseiller du Président chargé de la coordination avec les services de sécurité.

Le 2 avril, Abdelaziz Bouteflika a notifié officiellement au président du Conseil constitutionnel qu'il mettait fin à son mandat de Président de la République. Selon lui, cette décision procédait de son «souci d'éviter que les excès verbaux qui marquent malencontreusement l'actualité ne dégénèrent en dérapages potentiellement dangereux pour la protection des personnes et des biens qui relève des prérogatives essentielles de l'État».

Lire aussi:

Covid en France: le nombre journalier de contaminations et de décès en légère baisse
«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
L’Allemagne «préoccupée» par le sort de la société civile en Russie: Moscou répond
Tags:
services de sécurité, démission, Direction des services de sécurité algériens (DSS), Abdelaziz Bouteflika, Athmane Tartag
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook