Afrique
URL courte
27654
S'abonner

Au cours d'une manifestation à Alger, l'homme politique et homme d'affaires algérien Rachid Nekkaz s'est présenté au balcon d'un immeuble situé près de la Grande Poste, espérant apparemment être acclamé par la foule. Mais les manifestants lui ont lancé des bouteilles d'eau.

L'homme politique et homme d'affaires algérien Rachid Nekkaz s'est attiré les foudres de manifestants descendus dans les rues d'Alger, comme l'indique la presse locale et montrent des vidéos filmées par des témoins. Sortis pour le 7e vendredi consécutif et le premier depuis l'annonce du départ du Président Abdelaziz Bouteflika, de nombreux Algériens ont réclamé un changement radical du système politique en place.

Et dans cette ambiance, ils n'ont pas semblé apprécier l'apparition de Rachid Nekkaz, sorti sur le balcon de son bureau pour saluer la foule, près de la grande poste à Alger.

Ainsi, le fondateur du Mouvement pour la jeunesse et le changement (MJC) a dû battre en retraite et regagner l'intérieur de la pièce, sous les huées et les bouteilles d'eau lancées sur lui et son équipe.

Le 2 avril, Abdelaziz Bouteflika a notifié officiellement au président du Conseil constitutionnel qu'il mettait fin à son mandat de Président de la République. Selon lui, cette décision procédait de son «souci d'éviter que les excès verbaux qui [marquaient] malencontreusement l'actualité ne dégénèrent en dérapages potentiellement dangereux pour la protection des personnes et des biens qui relève des prérogatives essentielles de l'État».

Lire aussi:

Attentat de Nice: «c’est le début de la guerre civile en France»
Attaque au couteau à Notre-Dame de Nice, trois victimes dont deux égorgées
Un automobiliste fonce sur une foule en Allemagne, un mort et des blessés
L'identité de l'auteur de l'attaque à Notre-Dame de Nice établie
Tags:
changements, excès, mandat présidentiel, témoins, presse, vidéo, Mouvement pour la jeunesse et le changement (MJC), Rachid Nekkaz, Abdelaziz Bouteflika, Alger, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook