Afrique
URL courte
33978
S'abonner

Le commandement US pour l’Afrique délocalise ses forces stationnées en Libye face à l’aggravation de la situation sécuritaire dans ce pays nord-africain.

Sur fond de regain de tensions entre les camps rivaux libyens, le commandement des États-Unis pour l'Afrique (AFRICOM) a pris la décision de délocaliser temporairement son contingent en Libye.

«Le contingent des forces armées des États-Unis soutenant l'AFRICOM a été temporairement retiré de Libye au vu des conditions sécuritaires», lit-on dans un communiqué diffusé par le commandement.

L'AFRICOM, qui a pour vocation de protéger le personnel diplolatique et de mener des opérations antiterroristes sur le terrain, promet néanmoins de continuer à suivre la situation en Libye et d'évaluer la possibilité de rétablir sa présence militaire dans le pays en fonction des circonstances.

Plus tôt dans la semaine, le commandant en chef de l'Armée nationale libyenne (ANL), Khalifa Haftar, avait donné l'ordre à ses forces d'entamer la marche vers Tripoli, siège du gouvernement d'union nationale (GNA) dirigé par Fayez el-Sarraj et reconnu par la communauté internationale.

Vendredi, les troupes du maréchal Khaftar ont atteint les banlieues de la capitale et pris le contrôle de l'aéroport international de Tripoli.

Lire aussi:

Pourquoi la tempête Alex attendue en France est-elle qualifiée de «bombe météorologique»?
«Une opération inadmissible»: LREM se lance dans une campagne d’affichage illégale dans toute la France
«La pire expression du racisme»: la mort sous les insultes d’une femme autochtone à l’hôpital ébranle le Canada
Guerre au Haut-Karabakh: «Erdogan cherche à mettre la pression sur Poutine», selon Tahhan
Tags:
troupes, offensive, crise, tensions, sécurité, gouvernement libyen d'union nationale (GNA), Armée nationale libyenne (ANL), AFRICOM (United States Africa Command), Fayez el-Sarraj, Khalifa Haftar, Libye, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook