Afrique
URL courte
4263
S'abonner

Les cibles des frappes aériennes effectuées par l'Armée nationale libyenne, sous le commandement du maréchal Haftar, contre l'aéroport de Mitiga, le seul fonctionnel à Tripoli, étaient des avions militaires du gouvernement d'union nationale, a déclaré le colonel libyen Ahmed el-Mesmari, dans son discours retransmis par la chaîne Sky News Arabia.

Les attaques aériennes contre l'aéroport de Mitiga commises ce lundi par l'Armée nationale libyenne (ANL), dirigée par le maréchal Haftar, ne visaient pas des avions civils, mais des avions de combat du gouvernement d'union nationale (GNA), a annoncé le colonel libyen Ahmed el-Mesmari, dans son discours retransmis par la chaîne Sky News Arabia.

«Le contrôle de l'aéroport de Mitiga est assuré par des groupes armés. Les attaques contre l'aéroport de Mitiga ne visaient pas des avions civils. Le but de la frappe ponctuelle était deux avions de combat», a-t-il déclaré.

Le colonel a également indiqué que le combat pour Tripoli se poursuivait conformément à un plan.

«La bataille pour Tripoli se déroule selon un plan préalablement établi», a souligné Ahmed el-Mesmari.

Selon lui, l'Armée nationale libyenne «se rapproche actuellement du premier quartier résidentiel de la capitale libyenne».

Plus tôt dans la journée, des avions de combat de l'Armée nationale libyenne, dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, ont attaqué l’aéroport de Mitiga, a indiqué la chaîne de télévision Al-Hadas. Une source a confirmé à Sputnik qu'à la suite des frappes, l’aéroport avait suspendu son fonctionnement.

Rappelons que la semaine dernière, le commandant en chef de l'Armée nationale libyenne (ANL), Khalifa Haftar, avait donné l'ordre à ses forces d'entamer la marche vers Tripoli, siège du gouvernement d'union nationale (GNA) dirigé par Fayez el-Sarraj et reconnu par la communauté internationale.

Le 5 avril, les troupes du maréchal Khaftar ont atteint les banlieues de la capitale et pris le contrôle de l'aéroport international de Tripoli.

La Libye est plongée dans le chaos depuis le renversement du gouvernement et le meurtre de Mouammar Kadhafi en 2011. Le pays est divisé entre plusieurs entités rivales, avec notamment la présence à Tripoli du gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj, soutenu par l'Onu et l'UE, et dans l'est, d'un parlement élu par le peuple et appuyé par l'Armée nationale libyenne du maréchal Haftar.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Journaliste expulsée de son siège en direct: le studio de la BBC Arabic dévasté par le souffle de l’explosion - vidéo
Tags:
armée, aéroport, frappes, Khalifa Haftar, Libye, Tripoli (Liban)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook