Ecoutez Radio Sputnik
    Cameroun

    Attaque de Boko Haram dans l’Extrême-Nord du Cameroun, quatre soldats tués

    © AP Photo / Edwin Kindzeka Moki
    Afrique
    URL courte
    Anicet Simo
    0 14

    Au moins quatre militaires camerounais ont été tués au cours de violents affrontements contre des djihadistes de Boko Haram, dans la nuit du samedi 6 avril, dans l’Extrême-Nord du Cameroun. Une attaque revendiquée par la faction de Boko Haram affiliée à Daech*, qui affirme avoir tué et blessé au moins vingt militaires.

    Boko Haram a encore tué dans la région de l'Extrême Nord du Cameroun. Une attaque du groupe djihadiste a fait au moins quatre morts dans les rangs de l'armée camerounaise, dans la nuit du samedi 6 avril. D'après les sources sécuritaires locales, l'attaque a visé un poste de la Force multinationale mixte (FMM), une coalition régionale engagée contre les djihadistes de la secte islamiste, dans la localité de Sagmé, frontalière au Nigéria.

    L'incursion de Boko Haram a également fait quatre blessés. Les affrontements qui se sont déroulés une bonne partie de la nuit ont permis aux forces loyalistes de repousser les assaillants.

    L'État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP), la faction de Boko Haram affiliée à Daech*, a revendiqué l'attaque, affirmant avoir tué et blessé plus de vingt éléments de l'armée camerounaise. Pour l'instant, aucune communication officielle du Cameroun n'a été rendue publique au sujet du bilan officiel de cette attaque. Une autre source militaire contactée par Sputnik confirme l'information tout en précisant que le quatrième soldat tué, d'abord porté disparu, a été retrouvé mort au lendemain des affrontements.

    La région de l'Extrême-Nord du Cameroun est régulièrement la cible d'attaques de Boko Haram, même si leur fréquence a sensiblement baissé ces derniers mois. Mi-mars, trois civils ont été tués dans l'attaque d'une localité de la zone de Kolofata par des membres de Boko Haram.

    La FMM, appuyée par des pays occidentaux, regroupe des militaires du Tchad, du Cameroun, du Niger et du Nigéria. Elle est engagée dans la lutte contre Boko Haram dans la région du lac Tchad avec l'aide de comités de vigilance, composés de citoyens locaux.

    Depuis son apparition en 2009, Boko Haram, actif dans les pays frontaliers du lac Tchad, a causé au moins 27.000 morts et a provoqué le déplacement de 1,8 million de personnes, qui ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.

    Le Cameroun est officiellement en guerre contre Boko Haram depuis mai 2014. Bien que le conflit ait graduellement baissé en intensité, après avoir atteint son paroxysme en 2014 et 2015, ces incidents et attaques rappellent que le mouvement djihadiste est loin d'être défait.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    La Russie pourrait lancer une attaque surprise contre l’Europe, spécule Die Welt
    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    Les jus de fruits 100% naturels présentent un danger mortel, révèlent des médecins français
    Tags:
    soldats, morts, armée, ISWAP, Daech, Boko Haram, Niger, Tchad, Cameroun, Nigeria
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik