Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    Les éventuelles retombées de la crise en Algérie évoquées par un député

    © Sputnik .
    Afrique
    URL courte
    218

    Si la crise politique et le flou persistent en Algérie, le niveau de vie risque de baisser et d'engendrer de nouvelles protestations, cette fois-ci pour des motifs économiques, a déclaré à Sputnik le député algérien Nasser Hamdadush.

    Les tergiversations quant à la réalisation des revendications de la population pourraient conduire aux conséquences les plus lourdes, notamment dans les secteurs financier et économique, et se répercuter directement sur le niveau de vie de la population pour provoquer un nouveau mouvement de protestation, a indiqué dans son interview à Sputnik le député algérien Nasser Hamdadush, chef du groupe parlementaire des islamistes modérés et l'un des dirigeants du parti Mouvement pour la société de la paix (MSP).

    Il affirme que la tâche numéro un aujourd'hui est de lancer un dialogue pour parvenir à la concorde nationale afin que la période de transition se passe dans le calme.

    Imposer des solutions unilatérales et refuser d'appliquer les exigences de la population fera non seulement traîner la crise politique en longueur, mais fera aussi surgir de nouveaux problèmes, notamment économiques, a poursuivi Nasser Hamdadush.

    Si le problème n'est pas résolu, il y aura de nouvelles vagues de protestation, cette fois-ci en raison d'un déclin économique qui, à son tour, se répercutera sur le domaine social, ainsi qu'en raison de la baisse du pouvoir d'achat, a-t-il noté.

    Descendus pour le 8e vendredi consécutif dans les rues le 12 avril, les Algériens, qui ont déjà obtenu le départ du désormais ancien Président Abdelaziz Bouteflika, exigent à présent celui du chef de l'État par intérim Abdelkader Bensalah et de tous les partisans de l'ancien dirigeant algérien.

    Des heurts ont éclaté dans le centre d'Alger. La police a fait savoir dans la soirée que 27 policiers avaient été blessés, dont quatre grièvement, et 108 personnes arrêtées. Plusieurs manifestants ont également été légèrement blessés par des pierres, dans les bousculades ou ont fait des malaises en raison du gaz lacrymogène.

    Suite à la démission d'Abdelaziz Bouteflika le 2 avril 2019, le parlement algérien avec ses deux chambres, s'est réuni le 9 avril pour mettre en application l'article 102 de la constitution. À cet effet, il a entériné la vacance définitive du poste de Président de la République et installé le Président du sénat, Abdelkader Bensalah, comme chef d'État par intérim pour une durée de 90 jours. Durant cette période, ce dernier doit s'atteler à l'organisation d'une élection présidentielle à laquelle il n'a pas le droit d'être candidat.

    Lire aussi:

    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Un joueur de rugby demande la nationalité française à Macron, voici la réponse du Président (vidéo)
    Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour «crime contre l’humanité» (vidéo)
    Tags:
    crise politique, candidats, revendications, pouvoir d'achat, gaz lacrymogènes, niveau de vie, dialogue, problèmes, élection présidentielle, manifestation, protestations, Nasser Hamdadush, Abdelkader Bensalah, Abdelaziz Bouteflika, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik