Ecoutez Radio Sputnik
    Khalifa Haftar

    En pleine offensive de Tripoli, le maréchal Haftar se rend au Caire

    © REUTERS / Philippe Wojazer
    Afrique
    URL courte
    4191

    Le Président égyptien a reçu à son palais le maréchal Khalifa Haftar, dont les forces poursuivent leur offensive contre les troupes fidèles au gouvernement de Tripoli.

    L'homme fort de l'est libyen, qui mène une opération pour arracher Tripoli au gouvernement d'union nationale (GNA), le maréchal Khalifa Haftar a été reçu au Caire par le Président Abdel Fattah al-Sissi, relate Reuters relayant un porte-parole du chef d'État.

    Selon les médias officiels, les deux hommes ont discuté au palais présidentiel «des derniers développements en Libye». Aucun détail concernant la rencontre n'est disponible pour l'heure.

    Le leader égyptien est réputé pour son soutien aux forces du maréchal Haftar, qu'il considère comme un rempart contre les islamistes.

    Jusqu'ici, les troupes fidèles au gouvernement d'union nationale de Fayez el-Serraj sont parvenues à tenir celles d'Haftar à distance, mais de violents combats ont eu lieu aux abords de l'aéroport de Tripoli, situé à une dizaine de kilomètres du centre de la capitale.

    D'après les évaluations de l'Organisation mondiale de santé (OMS), les hostilités survenues près de Tripoli ont fait 121 morts et 561 blessés.

    Plus tôt au mois d'avril, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri, avait averti que le conflit libyen ne pourrait être résolu par des moyens militaires.

    Lire aussi:

    Le pétrolier iranien Grace 1 quitte Gibraltar un mois après son arraisonnement
    Un «souvenir» de vacances illégal pourrait coûter leur liberté à deux Français
    Un énorme requin blanc filmé à quelques centimètres d’une cage de plongeurs – vidéo
    Tags:
    islamistes, visite, conflit, gouvernement libyen d'union nationale (GNA), OMS, Sameh Choukri, Fayez el-Serraj, Khalifa Haftar, Abdel Fattah al-Sissi, Egypte, Libye
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik