Afrique
URL courte
1018
S'abonner

Alors qu’un représentant à l’Onu a fait savoir à Reuters que deux soldats et un civil congolais avaient été tués lors d’une fusillade à Bovata, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, Daech* a revendiqué le 18 avril sa première attaque dans ce pays africain, via son agence de propagande citée par Reuters.

Ayant déclaré la République démocratique du Congo «province d'Afrique centrale» du «califat», Daech* a revendiqué sa «première attaque» dans cet État africain, indique Reuters se référant à l'agence de propagande de l'organisation terroriste.

En même temps, une source au sein de l'Onu a indiqué à l'agence de presse que deux soldats et un civil congolais avaient été tués dans une fusillade qui s'est produite à Bovata, dans le nord-est du pays.

Comme l'a précisé Reuters, il «n'était pas possible de vérifier de manière indépendante la revendication de Daech* faite via son agence de propagande».

«Il y a plus d'une dizaine de différents groupes de miliciens et organisations criminelles opérant dans la partie est de la République démocratique du Congo. Daech* a également revendiqué un bilan plus lourd de cinq soldats tués et trois blessés», écrit Reuters.

La source de l'Onu et un représentant local ont indiqué que des témoins avaient attribué l'attaque au groupe islamiste Allied Democratic Forces (ADF) qui pourrait être lié à Daech*, ajoute l'agence de presse.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Trump annonce que son pays met fin à ses relations avec l'OMS
«Nous nous dirigeons vers un drame économique et social inédit» en France
Au Maghreb, les sites porno imbattables même face au Covid-19 - exclusif
Ancien sous-préfet, chargé du maintien de l’ordre: «désormais, j’ai peur de la police»
Tags:
attaque, terrorisme, califat, ONU, République démocratique du Congo (RDC)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook