Ecoutez Radio Sputnik
    Ahmed Gaid Salah, chef de l'état-major de l'armée algérienne

    Deux anciens généraux entrent à leur tour dans le viseur de la justice algérienne

    CC BY-SA 4.0 / Lamraoui.lamin / Ahmed Gaid Salah With the army
    Afrique
    URL courte
    Kamal Louadj
    Campagne de lutte anti-corruption en Algérie (2019) (31)
    0 141

    Deux mandats, de dépôt et d’arrêt, ont été ordonnés par le tribunal militaire de Blida, à l’ouest d’Alger, à l’encontre des ex-commandants de la 1ère et de la 2e régions militaires, selon un communiqué de la Cour. Ces deux anciens hauts gradés, selon un ex-colonel du renseignement, ont fourni des armes de guerre à l’homme d’affaires Ali Haddad.

    Sur fond d'opération main propre à laquelle a appelé le chef de l'état-major de l'armée algérienne, des poursuites judiciaires ont été engagées à l'encontre de deux généraux-majors à la retraite, ex-chef de régions militaires, selon un communiqué de la Cour d'appel militaire de Blida, à l'ouest d'Alger. En effet, un mandat de dépôt a été délivré à l'encontre de l'ancien commandant de la 2e région militaire, Bey Saïd et un mandat d'arrêt a été émis à l'encontre de l'ex-commandant de la 1ère région, Chentouf Habib pour «dissipation et recel d'armes et de munitions de guerre et infraction aux consignes de l'armée».

    «Le procureur général militaire près la Cour d'appel militaire de Blida, porte à la connaissance de l'opinion publique, que des poursuites judiciaires ont été engagées pour les chefs de dissipation et recel d'armes et de munitions de guerre au profit de personnes non habilitées à les détenir et infraction aux consignes de l'armée, […] à l'encontre des dénommés: Bey Saïd, Chentouf Habib et de toutes autres personnes que l'instruction viendrait à établir», a indiqué le texte du communiqué, cité par l'Algérie Presse Service (APS).

    Détaillant les faits qui sont reprochés à ces deux anciens hauts gradés, le même communiqué a affirmé que pour «la nécessité des enquêtes, le juge d'instruction, sur réquisition du procureur militaire de la République de Blida, a ordonné, à titre conservatoire, la saisie des armes et des munitions et a décerné un mandat de dépôt à l'encontre du dénommé Bey Saïd», ainsi qu'«un mandat d'arrêt à l'encontre du dénommé Chentouf Habib, pour violation des obligations du contrôle judiciaire auxquelles il est déjà soumis».

    Dans une intervention sur la chaine de télévision privée Ennahar TV, Abdelhamid Larbi Chérif, ancien colonel des services de renseignement algériens et expert en sécurité, avait indiqué que l'une des «personnes non habilitées à détenir les armes» auxquelles le communiqué ci-dessus a fait allusion est l'homme d'affaires déjà incarcéré depuis le mois dernier, Ali Haddad, réputé être un proche de l'ex-cercle présidentiel. En effet, selon lui, lors de la perquisition menée au domicile de l'homme d'affaires, «deux kalachnikovs, quatre pistolets et des munitions» ont été découverts. Le prévenu aurait avoué que ce sont les ex-commandants des régions militaires qui les lui auraient procurés.

    Habib Chentouf, quant à lui, qui se trouverait actuellement en France pour des soins médicaux, est également soumis aux obligations du contrôle judiciaire depuis son arrestation l'été dernier, dans le cadre de l'enquête sur l'affaire de la saisie de plus de 700 kilogrammes de cocaïne dans le port de la ville d'Oran.

    L'ex-Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia et l'actuel ministre des Finances Mohamed Loukal ont été également convoqués le 20 avril par le tribunal d'Alger notamment pour «dilapidation des deniers publics».

    Le 16 avril, dans son discours à la 4e région militaire, à Ouargla, dans le sud-est de l'Algérie, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, chef de l'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP) a appelé la justice à «poursuive les individus impliqués dans des affaires de corruption». Dans ce cadre, il a souligné la nécessité d'accélérer «la cadence du traitement des différents dossiers concernant certaines personnes ayant bénéficié indument de crédits estimés à des milliers de milliards», causant un préjudice à l'économie nationale.

    Dossier:
    Campagne de lutte anti-corruption en Algérie (2019) (31)

    Lire aussi:

    La Russie pourrait lancer une attaque surprise contre l’Europe, spécule Die Welt
    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    Les jus de fruits 100% naturels présentent un danger mortel, révèlent des médecins français
    Tags:
    mandat de dépôt, lutte contre la corruption, mandat d'arrêt, Armée nationale populaire algérienne (ANP), Ahmed Gaïd Salah, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik