Ecoutez Radio Sputnik
    Maroc

    Une Française serait décédée dans des conditions suspectes au Maroc

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    Afrique
    URL courte
    0 75

    Une source sécuritaire a confié au site d’information Le 360 Arabic qu’une Française âgée de 50 ans a été découverte morte dans son domicile, dans la région de Sidi Ifni, dans des conditions suspectes. La police marocaine a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de ce décès.

    Une ressortissante française âgée de 50 ans a été trouvée morte, le 18 avril, dans son domicile par son employée de maison, dans la ville de Mirleft, dans la région de Sidi Ifni, selon une source sécuritaire citée par le site d'information Le 360 Arabic. Les conditions du décès de cette citoyenne française sont jugées suspectes par les autorités, a indiqué la même source, affirmant qu'une enquête a été ouverte pour l'élucider.

    «Le décès de cette ressortissante française pour des raisons inconnues a mis en effervescence les autorités locales et les services de gendarmerie à Mirleft, ainsi que la protection civile et la police scientifique», a déclaré la source au média.

    Selon elle, l'état de santé de la défunte s'est subitement dégradé ces derniers temps. À cet effet, elle a reçu le 16 avril, une visite d'une de ses amies, de nationalité étrangère, dans le but de s'enquérir de son état de santé, avant qu'elle ne soit découverte inerte, le 18 avril, par son employée, a-t-elle précisé.

    Pour les besoins de l'enquête, selon la même source, des empreintes ont été relevées et le corps a été emmené à l'hôpital régional d'Agadir pour subir une autopsie.

    Lire aussi:

    L’Onu dit détenir des preuves de l’implication du prince héritier saoudien dans le meurtre de Khashoggi
    Para bellum: un ultimatum de Washington à l’Iran révélé
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Tags:
    Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) marocaine, suspect, décès, Agadir, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik