Ecoutez Radio Sputnik
    Addis-Abeba, image d'illustration

    «Plusieurs dizaines» de morts dans des affrontements intercommunautaires en Éthiopie

    © Sputnik . Andreï Solomonov
    Afrique
    URL courte
    0 02

    Des dizaines de personnes d'ethnie gumuz ont été tuées lundi lors d’affrontements intercommunautaires dans le nord-est de l’Éthiopie. L’opération de recherche des victimes et des survivants se poursuit, d’après les informations communiquées par l’AFP.

    «Plusieurs dizaines» de personnes ont été tuées lundi dans des affrontements intercommunautaires dans l'État Amhara, dans le nord-ouest de l'Éthiopie, en représailles à de précédentes violences, écrit l’Agence France-Presse se référant aux autorités de l'État voisin du Benishangul Gumuz. 

    Des assaillants non identifiés ont tué lundi des dizaines de personnes d'ethnie gumuz dans la localité de Jawi, dans l'État Amhara, à la frontière avec l'État du Benishangul Gumuz, cite l’agence Geleta Hailu, responsable de la communication du Benishangul Gumuz.  

    «Des missions de recherche se poursuivent encore pour trouver des victimes et des survivants de l'attaque de lundi, mais je peux confirmer que le bilan se compte en plusieurs dizaines» de morts, a-t-il déclaré. 

    Il a expliqué qu'il s'agissait de représailles à des violences dans lesquelles au moins 21 personnes, d'ethnie gumuz et amhara, ont été tuées samedi et dimanche près de la localité de Dangur, dans l'État du Benishangul Gumuz. 

    Des maisons avaient été brûlées dans ces affrontements, qui avaient été déclenchés par un différend personnel selon les autorités régionales.  

    «Je peux confirmer que plus de 80 personnes ont été blessées dans le massacre (de lundi, ndlr) et au moins 90 survivants sont actuellement abrités sur le terrain d'une école locale», a ajouté M. Geleta. 

    Le vice-Premier ministre éthiopien, Demeke Mekonen, a dénoncé cette attaque, dans une interview avec l'agence de presse de la région amhara AMMA. 

    «J'appelle les forces de sécurité à jouer leur rôle pour s'assurer que la loi soit respectée. Les forces de sécurité doivent se redéployer rapidement quand des conflits surviennent, semblables à cette tragédie», a-t-il déclaré. 

    Des violences intercommunautaires aux enjeux le plus souvent territoriaux ont émaillé la première année du mandat du Premier ministre réformateur Abiy Ahmed, qui a pris ses fonctions en avril 2018. 

    Selon le bureau des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), 2,35 millions de personnes étaient déplacées fin 2018 en Ethiopie en raison de ces violences, rappelle l’agence.

    Lire aussi:

    Trump menace d'«effacer» l'Iran en cas d'attaque contre les USA
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    Le drone US abattu par l'Iran a effectivement violé sa frontière, selon la Défense russe
    Tags:
    affrontements intercommunautaires, émeutes, victimes, police, Éthiopie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik