Ecoutez Radio Sputnik
    Prison

    Les indépendantistes ghanéens du Togoland dans le viseur de la police

    © Fotolia / Sakhorn38
    Afrique
    URL courte
    0 01

    Huit personnes ont été arrêtées au Ghana pour avoir milité pour la mise en place d’un État indépendant dans la partie orientale du pays, a annoncé la police.

    La police ghanéenne a annoncé avoir arrêté huit hommes soupçonnés de faire campagne pour la création d’une nation séparée, dans la partie orientale du pays, sous le nom de Togoland.

    Les suspects ont été arrêtés dans la ville de Ho, à 150 km au nord-est d’Accra, la capitale.

    «Nous avons appris que le groupe se réunissait pour finaliser les dispositions visant à déclarer indépendante cette partie du pays, qu’ils veulent appeler Togoland occidental», a fait savoir le porte-parole de la police, David Eklu, cité par les médias.

    Selon lui, des «projets de Constitution et d’hymne national» ont été saisis chez les individus interpellés, qui font partie d’un groupe connu sous le nom de Homeland Study Group Foundation (HGSF). Ils ont également mis en place une milice locale, affirme la police.

    Le Togoland est un ancien protectorat allemand qui a existé entre 1884 et 1914. Après la défaite de l’Allemagne lors de la Première Guerre mondiale, la région a été divisée entre la France et la Grande-Bretagne. Par la suite, le Togoland français est devenu indépendant, alors que la partie britannique a été englobée dans le Ghana après un référendum. Des groupes sécessionnistes présents dans cette région rejettent le référendum de 1956 et pensent que l’union du Togoland au Ghana n’est toujours pas légitime.

    Lire aussi:

    L’Onu dit détenir des preuves de l’implication du prince héritier saoudien dans le meurtre de Khashoggi
    Para bellum: un ultimatum de Washington à l’Iran révélé
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Tags:
    Première Guerre mondiale, arrestation, Togo, indépendantistes, Ghana
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik