Ecoutez Radio Sputnik
    Une prison (photo d'illustration)

    Incarcéré depuis deux semaines en Algérie, le général Toufik aurait été hospitalisé

    © Sputnik . Alexey Filippov
    Afrique
    URL courte
    Campagne de lutte anti-corruption en Algérie (2019) (31)
    1102
    S'abonner

    L’ancien chef des renseignements algériens, le général Toufik, incarcéré depuis le 5 mai pour «complot contre l’autorité de l’État», a été transféré à l’hôpital militaire d’Aïn Naâdja, dans la banlieue d’Alger, «suite à une hypertension», ont confié des sources au site d’information Observ’Algérie.

    Le général de corps d'armée à la retraite Mohamed Liamine Mediène, dit Toufik, ancien chef du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) algérien, incarcéré depuis le 5 mai, a été hospitalisé en urgence à l'hôpital militaire de Aïn Naâdja, selon des sources citées par le site d'information Observ'Algérie.

    Selon ces sources, l'ancien haut gradé a été transféré le 17 mai de la prison militaire de Blida, où il était incarcéré, à l'hôpital d'Aïn Naâdja en raison «d'une hypertension». «Âgé de plus de 80 ans et soumis à rude épreuve depuis son incarcération, à savoir de longs interrogatoires et une immense pression», l'ancien chef du DRS aurait «craqué et fait un malaise cardiaque», rapporte le site d'information.

    Accusés d'«atteinte à l'autorité de l'armée et complot contre l'autorité de l'État», Saïd Bouteflika, ancien conseiller spécial et frère de l'ex-Président, ainsi que les généraux Toufik et Athmane Tartag ont été placés le 5 mai sous mandat de dépôt par le juge d'instruction du tribunal militaire de Blida.

    Les trois hommes ont été arrêtés le 4 mai par les services de la DGSI. Le chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, avait auparavant accusé Saïd Bouteflika d'être à la tête d'un groupe ayant confisqué le pouvoir présidentiel dans le pays. Le général avait également accusé Toufik de comploter contre l'armée et le mouvement populaire. Quant à Tartag, ancien chef de la Direction des services de sécurité (DSS), il était considéré comme proche du clan présidentiel, notamment de Saïd Bouteflika.

    Dossier:
    Campagne de lutte anti-corruption en Algérie (2019) (31)
    Tags:
    hôpital, complot, prison, Département du renseignement et de la sécurité algérien (DRS), Saïd Bouteflika, Athmane Tartag, Ahmed Gaid Salah, Mohamed Lamine Mediène, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik