Ecoutez Radio Sputnik
    Une prison (photo d'illustration)

    Incarcéré depuis deux semaines en Algérie, le général Toufik aurait été hospitalisé

    © Sputnik . Alexey Filippov
    Afrique
    URL courte
    Campagne de lutte anti-corruption en Algérie (2019) (31)
    1102

    L’ancien chef des renseignements algériens, le général Toufik, incarcéré depuis le 5 mai pour «complot contre l’autorité de l’État», a été transféré à l’hôpital militaire d’Aïn Naâdja, dans la banlieue d’Alger, «suite à une hypertension», ont confié des sources au site d’information Observ’Algérie.

    Le général de corps d'armée à la retraite Mohamed Liamine Mediène, dit Toufik, ancien chef du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) algérien, incarcéré depuis le 5 mai, a été hospitalisé en urgence à l'hôpital militaire de Aïn Naâdja, selon des sources citées par le site d'information Observ'Algérie.

    Selon ces sources, l'ancien haut gradé a été transféré le 17 mai de la prison militaire de Blida, où il était incarcéré, à l'hôpital d'Aïn Naâdja en raison «d'une hypertension». «Âgé de plus de 80 ans et soumis à rude épreuve depuis son incarcération, à savoir de longs interrogatoires et une immense pression», l'ancien chef du DRS aurait «craqué et fait un malaise cardiaque», rapporte le site d'information.

    Accusés d'«atteinte à l'autorité de l'armée et complot contre l'autorité de l'État», Saïd Bouteflika, ancien conseiller spécial et frère de l'ex-Président, ainsi que les généraux Toufik et Athmane Tartag ont été placés le 5 mai sous mandat de dépôt par le juge d'instruction du tribunal militaire de Blida.

    Les trois hommes ont été arrêtés le 4 mai par les services de la DGSI. Le chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, avait auparavant accusé Saïd Bouteflika d'être à la tête d'un groupe ayant confisqué le pouvoir présidentiel dans le pays. Le général avait également accusé Toufik de comploter contre l'armée et le mouvement populaire. Quant à Tartag, ancien chef de la Direction des services de sécurité (DSS), il était considéré comme proche du clan présidentiel, notamment de Saïd Bouteflika.

    Dossier:
    Campagne de lutte anti-corruption en Algérie (2019) (31)

    Lire aussi:

    La justice italienne ordonne la saisie du navire Open Arms
    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Qu'a dit Poutine sur les Gilets jaunes que les médias français ont omis?
    Tags:
    hôpital, complot, prison, Département du renseignement et de la sécurité algérien (DRS), Saïd Bouteflika, Athmane Tartag, Ahmed Gaid Salah, Mohamed Lamine Mediène, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik