Ecoutez Radio Sputnik
    Des enfants sous un arbre à Limani, Cameroun

    Au Cameroun, le charbon «vert» de Muller Tenkeu combat la déforestation

    © Sputnik . Anicet Simo
    Afrique
    URL courte
    Anicet Simo
    3160

    Double effet positif pour l’environnement: le charbon «vert» à usage domestique recycle des déchets ménagers et permet de lutter contre la déforestation. Couvert de prix, aussi bien au Cameroun qu’à l’international, Muller Tenkeu raconte à Sputnik sa passion pour l’Environnement et son cheminement jusqu’à cette invention révolutionnaire. Portrait.

    Muller Tenkeu est un visage désormais connu de l’écologie au Cameroun et en Afrique. Son nom est intimement lié aux causes environnementales. Cet ancien étudiant en écologie a développé une solution innovante pour transformer les déchets organiques en charbon écolo. Une innovation qui permet non seulement de créer de l’énergie propre, mais également de lutter contre la déforestation. Une alternative au bois de chauffe et au charbon de bois.

    Cinq ans après son lancement, son entreprise, Kemit Ecology, est passée de 300 kg de charbon écologique produit en 2014 à plus de 22 tonnes en 2018, avec en prime une gamme de produits dérivés. Alors qu’il est toujours à la recherche de financements pour satisfaire une demande de plus en plus grande sur le continent et au-delà, Muller Tenkeu a ouvert son univers écologique à Sputnik.

    Muller Tenkeu, promoteur de Kemit Ecology, lors de l’un de ses voyages à l’étranger
    © Photo. Kemit Ecology
    Muller Tenkeu, promoteur de Kemit Ecology, lors de l’un de ses voyages à l’étranger

    Évoluant dans un environnement où la cause verte est loin d’être un sujet commun, sa passion pour l’écologie naît d’un hasard de circonstances.

    «Je ne suis pas né avec l’amour de l’écologie, j’ai appris à aimer l’environnement et à le protéger en 2007, lorsqu’après le passage de mon baccalauréat, je me rendis dans mon village natal pour un bref séjour. Je ressentis toute la différence avec l’environnement naturel de la campagne, la verdure, la fraîcheur de l’oxygène de l’air… Tout ceci me fit vraiment prendre conscience de la nécessité de protéger l’environnement autour de moi, c’est ce qui a d’ailleurs influencé mon choix pour la filière écologie, biodiversité et environnement à l’université», relate, nostalgique, Muller Tenkeu au micro de Sputnik.

    Un choix académique que le jeune homme aura du mal à faire accepter à son entourage.

    «Au départ, mes proches étaient indifférents quant à ma passion et mon engagement pour l’écologie et la protection de l’environnement. Ensuite, c’était le découragement, plusieurs m’ont demandé de m’insérer dans des secteurs classiques pour m’accomplir et m’ont déconseillé de me lancer dans une aventure sans queue ni tête», se souvient-il.

    Muller Tenkeu partage sa passion pour l’écologie avec des élèves.
    © Photo. Muller Tenkeu partage sa passion pour l’écologie avec des élèves.
    Muller Tenkeu partage sa passion pour l’écologie avec des élèves.

    Des préjugés qui n’ont pas eu raison de sa passion. Dès 2011 à l’université, il milite pour la cause écologique, comme président de la division écologie à l’université de Douala, au club biologie et au club biodiversité et santé, avant de concevoir peu à peu son projet.

    «Notre initiative est née en 2011, lorsqu’en deuxième année universitaire, nous fîmes une descente de terrain dans les mangroves de Douala pour étudier leur état de dégradation. Nous observâmes une destruction des arbres de la mangrove, notamment les palétuviers blancs et rouges pour les besoins en bois de chauffage, de construction des habitations, alors qu’on nous enseignait que ces arbres caractéristiques de la mangrove jouaient un grand rôle dans la régulation du climat par l’absorption des gaz à effet de serre et la filtration des eaux souterraines. C’est de là que vient la motivation principale de notre engagement pour créer une solution énergétique alternative à l’utilisation des bois de mangrove», se souvient Muller.

    C’est ainsi qu’en 2014, Muller Tenkeu franchit le pas de l’univers entrepreneurial, avec en tête cette solution alternative: le charbon «vert». À travers Kemit Ecology, il développe un procédé de transformation des déchets ménagers en charbon écologique. Un mécanisme qu’il nous explique avec fierté.

    Une machine à sécher chez Kemit Ecology.
    © Photo. Kemit Ecology
    Une machine à sécher chez Kemit Ecology.

    «C’est tout un art pour nous. Nous collectons des déchets dans les décharges, les marchés, les quartiers, auprès des populations qui nous méprisent parfois, alors que nous leur rendons un grand service écosystémique d’assainissement. Ensuite, nous transportons ces déchets au site de production pour faire le tri en enlevant les plastiques, fers et autres impuretés. Ensuite, nous faisons le séchage jusqu’à obtenir 5% de taux d’humidité dans un séchoir soit au charbon, soit à l’électricité.Après ce processus, nous passons à la carbonisation, qui consiste à brûler ces déchets ayant déjà perdu plus de 95% de leurs eaux pour les convertir en poudre de carbone. Une fois la poudre obtenue, nous faisons du malaxage en y ajoutant de la vapeur d’eau pour obtenir une pâte homogène. Après cette étape, nous faisons le compactage ou le moule en donnant plusieurs formes au charbon et après nous les séchons à nouveau avant de l’emballer pour son utilisation par les ménages», détaille-t-il au micro de Sputnik.

    Dès son lancement et nonobstant les difficultés, l’initiative bénéficie du soutien de plusieurs organisations et est couronnée par de nombreuses récompenses. Une bonne dose de motivations pour le jeune entrepreneur.

    «Kemit Ecology a obtenu de nombreux soutiens qui nous ont permis de tenir. Nous avons par exemple reçu en 2014, à la création de l’entreprise, l’appui de la Fondation camerounaise de la terre vivante (FCTV), qui nous a permis de commencer avec des outils rudimentaires. Ensuite, nous avons reçu en 2016 l’appui du ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation du gouvernement de la République du Cameroun. En novembre 2016, nous avons remporté le prix international Initiatives climat Afrique francophone, lors de la Conférence des Nations unies sur les Changements climatiques à Marrakech. L’entreprise locale Sogea Satom nous a aussi octroyé une subvention pour l’acquisition d’une chambre à sécher», tient à préciser Muller Tenkeu.

    Cinq ans plus tard, le jeune entrepreneur vert est heureux d’avoir fait fructifier son activité. De son charbon vert, unique produit de l’entreprise au lancement, sont nés plusieurs produits dérivés.

    «Nos produits ont conquis les besoins des consommateurs qui ne sont plus uniquement au Cameroun, mais en Afrique, en Europe et en Amérique du Nord. Nous sommes passés de 300 kg de charbon écologique produit en 2014, notre unique produit, à plus de 22 tonnes de charbon écologique en 2018 et en plus nous avons lancé des produits dérivés, comme le charbon activé, le gommage au charbon écologique, les allume-feu écologiques. Les produits écologiques sont de plus en plus appréciés par les consommateurs», nous confie-t-il, heureux du chemin accompli.

    Gommage,charbon, Kemit Ecology
    © Photo. Kemit Ecology.
    Gommage au charbon vert de Kemit Ecology.

    Face à la demande de plus en plus soutenue, le passionné d’écologie fait face à son défi majeur: accroître sa capacité de production avec comme objectif «la production d’un million de tonnes chaque mois pour couvrir les besoins des pays de l’Afrique de l’Ouest, qui sont les plus demandeurs», ambitionne-t-il.

    «L’environnement social est devenu favorable à l’évolution du projet. La preuve, nous avons une cotation de 1.000 tonnes en direction du Tchad, du Mali, du Niger et une autre cotation de 50.000 tonnes en direction du Qatar est sur notre table. Nous recherchons les capacités opérationnelles pour pouvoir satisfaire ces commandes», se félicite Muller Tenkeu.

    Celui qui a bâti sa renommée grâce à l’exploitation déchets ménagers se réjouit de contribuer à sa manière à un continent plus vert.

    Lire aussi:

    Le drone US abattu par l'Iran a effectivement violé sa frontière, selon la Défense russe
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    La Russie et la Tunisie mettent le cap sur un ambitieux programme spatial commun (photos)
    Tags:
    protection de l'environnement, Camerounais, bois, charbon, environnement, politique, déchets, nature, écologie, Sogea Satom, Fondation camerounaise de la terre vivante (FCTV), Kemit Ecology, Afrique, Cameroun
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik