Ecoutez Radio Sputnik
    Méthodes modernes d'extraction de pétrole et de gaz

    Les exportations algériennes de gaz menacées sur le long terme, selon un cabinet d’analyse

    © Sputnik .
    Afrique
    URL courte
    0 59
    S'abonner

    Souhaitant augmenter ses exportations de gaz vers le marché asiatique, l'Algérie prévoit notamment de réviser la législation dans son secteur des hydrocarbures, «les conditions fiscales actuelles» étant «peu attrayantes», alors que «l'instabilité politique menace d'entraver l'avancement des réformes», selon un expert de GlobalData.

    L'Algérie cherche à accroître ses exportations de gaz vers les marchés asiatiques, mais la demande domestique et l'absence de progrès dans la réalisation de nouveaux projets risquent de compromettre ces objectifs, selon le cabinet d'analyse de données londonien GlobalData, a fait savoir le site spécialisé dans l'industrie énergétique OilandGasMiddleEast.

    «Pour tenter de stimuler l'offre domestique, l'Algérie prévoit de revoir la législation régissant son secteur des hydrocarbures. Les conditions fiscales actuelles du pays sont relativement peu attrayantes, mais la loi révisée sur les hydrocarbures devrait alléger le fardeau administratif des investisseurs et introduire des incitations fiscales pour promouvoir les investissements dans l'exploration et le développement de projets», a expliqué Toya Latham, analyste du secteur pétrolier et gazier pour GlobalData.

    Toutefois, poursuit le site, il n'est pas certain que ces amendements soient suffisants pour drainer d'importants investissements. En outre, l'instabilité législative pourrait susciter la préoccupation, car la loi sur les hydrocarbures a été modifiée assez fréquemment depuis 2005, déstabilisant le climat d'investissement.

    «En plus de cette incertitude législative, l'instabilité politique menace d'entraver l'avancement des réformes. À la suite de la récente démission du Président [algérien, ndlr], il se peut que la promulgation de la nouvelle loi soit ralentie, ce qui risquerait de contrecarrer les ambitions du pays d'augmenter, voire seulement de maintenir les niveaux d'exportation», a ajouté Toya Latham.

    La réalisation d'un certain nombre de projets pourrait augmenter la production au cours des prochaines années et améliorer ainsi le potentiel d'exportation du pays, mais de nouveaux investissements seront nécessaires à plus long terme, conclut OilandGasMiddleEast.

    Le gaz et le pétrole représentent 95% des exportations de l'Algérie et 60% de ses recettes fiscales. La Sonatrach, la compagnie publique algérienne, soutient tout un pan de l'économie du pays, qui importe quasiment tout grâce aux devises de la rente pétrolière, avait précédemment précisé Le Monde.

    Le site d'information Tout sur l'Algérie (TSA) a constaté pour sa part que le pétrole était reparti à la baisse jeudi 23 mai. Le Brent, référence pour le pétrole algérien, a chuté de 4,10% à 67,90 dollars. Il est à son plus bas niveau depuis deux mois. Les cours pâtissent de la guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine, constate le site.

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Une mère tente d’étrangler la principale d’un collège dans le Val-de-Marne
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    Tags:
    guerre commerciale, devises, économie, pétrole, hydrocarbures, investissements, amendements, projet, exportations, gaz, Brent, Le Monde, Sonatrach, GlobalData, Tout sur l'Algérie (TSA), OilandGasMiddleEast, États-Unis, Chine, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik