Ecoutez Radio Sputnik
    Manifestations en Algérie, archives

    Un responsable du FLN indique à Sputnik la date probable de l’élection présidentielle en Algérie

    © AP Photo / Toufik Doudou
    Afrique
    URL courte
    Kamal Louadj
    351

    Dans un entretien à Sputnik, un membre du bureau politique du Front de libération nationale, a informé que, sans une commission indépendante et sans révision de la loi électorale, il n’était pas possible d’organiser la présidentielle en Algérie. Il a par ailleurs confié que celle-ci aura probablement lieu «au mois d’octobre».

    La date limite de dépôt des dossiers auprès du Conseil constitutionnel pour les candidats à la présidentielle algérienne du 4 juillet était fixée au 25 mai, à minuit. Deux candidats seulement ont déposé leur dossier, laissant ainsi penser que cette élection sera probablement reportée. Des manifestants et des partis politiques ont reproché à l’armée d’être responsable de cette situation de blocage politique, s’obstinant à faire respecter l’article 102 de la Constitution, poussant ainsi à l’organisation de la présidentielle alors qu’elle est rejetée par la population.

    Abou El Fadel Baâdji, membre du bureau politique du Front de libération nationale (FLN), parti au pouvoir en Algérie, a affirmé dans une déclaration à Sputnik qu’il était impossible d’organiser cette présidentielle dans les conditions actuelles. Selon lui, ces élections auront probablement lieu vers la fin de l’année. Il a par ailleurs réagi aux critiques adressées à l’armée algérienne.

    «Il est impossible que l’élection présidentielle se tienne le 4 juillet», a-t-il déclaré. «Pour que ce scrutin soit possible, il faut une commission indépendante d’organisation et de supervision des présidentielles, et la révision de la loi électorale, telles qu’exigées par le peuple algérien», a-t-il ajouté, précisant «que ces élections seront probablement organisées au mois d’octobre».

    Réagissant aux critiques portées par la rue et certains partis politiques en Algérie à l’égard de l’armée, l’accusant d’être à l’origine du blocage politique, le responsable a indiqué que la position de l’institution militaire était compréhensible. «L’armée ne peut agir en dehors de la Constitution», a-t-il souligné, rappelant qu’«elle a accompagné le peuple dans ses revendications et a joué un rôle déterminant dans la satisfaction d’un bon nombre d’entre elles».

    Dans le même sens, M.Baâdji a ajouté que ceux qui critiquent l’armée sont à la solde «de l’État profond dirigé par l’ex-chef de l’ancien service de renseignement, le général Toufik, tel que dénoncé par Amar Saâdani, l’ex-secrétaire général du FLN».

    «Ces milieux qui ont des relais dans les partis politiques, les médias, l’administration et les affaires veulent à tout prix aller à une phase de transition en dehors de ce que prévoit la Constitution», a-t-il signalé, ajoutant que «pour le FLN il n’est pas question de période de transition dont les conséquences sont incalculables pour le pays».

     

    Lire aussi:

    La justice italienne ordonne la saisie du navire Open Arms
    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Qu'a dit Poutine sur les Gilets jaunes que les médias français ont omis?
    Tags:
    transition, Département du renseignement et de la sécurité algérien (DRS), corruption, élection présidentielle, Front de libération nationale (FLN) algérien
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik