Ecoutez Radio Sputnik
    Maroc

    Une Marocaine de 17 ans défigurée par son petit ami pour une question de sexualité (vidéo)

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    Afrique
    URL courte
    13850

    Une jeune femme marocaine âgée de 17 ans a été défigurée par son petit ami plus âgé qu’elle de sept ans pour lui avoir refusé des relations sexuelles. Il a été interpellé par les forces de l’ordre et placé en garde à vue.

    Un marocain âgé de 24 ans a défiguré sa petite amie âgée de 17 ans pour lui avoir refusé des relations sexuelles, ont confié au site d’information Fesnews des sources sécuritaires. L’homme a été arrêté et placé en garde à vue le temps de l’enquête et avant d’être présenté à la justice.

    Selon ces sources, l’homme a avoué les faits lors de sa déposition, précisant qu’ils se sont disputés et que la situation s’est envenimée. Il l’a alors kidnappée et c’est en essayant de la violer qu’il lui a assené plusieurs coups, ont détaillé les sources.

    Auparavant, dans un témoignage à la chaine de télévision marocaine 2M.ma, la jeune fille a affirmé qu’«alors qu’elle était sortie faire quelques courses tout près de son domicile, elle a été approchée et agressée par un inconnu armé d’une lame de rasoir». Selon elle, «il voulait abuser» d’elle et l’avait menacée «de défigurer son visage». Après avoir refusé de se laisser faire, elle a «reçu un violent coup de rasoir au visage».

    Dans la vidéo diffusée par la chaine, la jeune fille apparait avec un long pansement sur le visage. D’après 2M.ma, l’entaille faite au visage avec la lame de rasoir a nécessité 20 points de suture.

    ​L’homme a été placé en garde à vue pour complément d’enquête avant d’être présenté devant un juge d’instruction.

    Lire aussi:

    Le drone US abattu par l'Iran a effectivement violé sa frontière, selon la Défense russe
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    La Russie et la Tunisie mettent le cap sur un ambitieux programme spatial commun (photos)
    Tags:
    blessure, agressions sexuelles, action en justice, viol, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik