Ecoutez Radio Sputnik
    Carlos Lopes, chef de la commission économique pour l’Afrique à l’Union africaine. © Carlos Lopes.

    Carlos Lopes: avec la ZLEC, «les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain»

    © Photo. © Carlos Lopes.
    Afrique
    URL courte
    Fabien Essiane
    0 70

    Le 30 mai dernier, l’accord sur la Zone de libre-échange continentale est entré en vigueur dans 22 pays africains. Dans un entretien exclusif à Sputnik, le professeur Carlos Lopes, chef de la commission économique pour l’Afrique à l’Union africaine, examine les enjeux de cette zone de libre-échange.

    Désormais, la place de l’Afrique dans le commerce mondial ne sera plus la même. La Zone de libre-échange continentale (ZLEC) est entrée en vigueur le 30 mai dernier et pourrait changer la donne. 22 pays ont ratifié ce traité sur les 52 qui l’ont signé, cette zone est donc amenée à s’élargir encore.

    Certes, la faiblesse des compétences, de la productivité et de l’activité économique sur le continent persiste, mais soixante-cinq ans après la création l’Organisation de l’Unité africaine (OUA), aujourd’hui Union africaine (UA), cette ZLEC est une avancée majeure pour le continent.

    Sputnik a voulu en savoir plus sur les enjeux de la ZLEC et son impact sur l’économie des pays africains avec Carlos Lopes, professeur d’économie à l’Université de Cape Town, en Afrique du Sud, et haut représentant pour les négociations avec l’Europe nous a accordé un entretien exclusif depuis le Cap.

    Sputnik: L’accord portant création de la Zone de libre-échange continentale, promu par l’Union africaine, est entré en vigueur le 30 mai 2019. Quelles en sont pour vous les perspectives et les retombées pour le continent africain?

    Carlos Lopes: «Les perspectives sont très bonnes parce que si le continent a exporté jusqu’ici des produits bruts, les exportations intra-africains, c’est-à-dire essentiellement des produits transformés, ont une valeur ajoutée.. Des études montrent à suffisance que les Africains ont plus avantage à faire du commerce intra-africain parce que le marché africain est en train de s’étendre avec la population qui croît, et la consommation interne devient de plus en plus importante. Le continent donnera un élan à l’industrialisation, puisque nous consommons en grande partie des produits transformés. Les échanges au sein de la ZLEC représenteront 52 % de l’ensemble des échanges des pays africains avec leurs partenaires dans les autres continents  d’ici fin 2020.»

    Sputnik: Vous avez dirigé la commission économique pour l’Afrique pendant longtemps. Quelles sont les actions que vous avez menées pour aboutir à cet accord?

    Carlos Lopes: «à mon arrivée à l’Union africaine en 2012, j’ai trouvé que le travail avait commencé depuis le traité d’Abuja sur l’établissement d’une zone de libre-échange. Lorsque j’arrive donc en 2012 à la tête de la commission économique pour l’Afrique, on est dans la mouvance de la célébration du 50e anniversaire de l’Union africaine, avec madame Zuma qui dirigeait alors la commission de l’Union africaine. À partir de 2012, la tendance n’était plus la même.

    Le Président du Niger, Mahamadou Issoufou, est la principale personne à féliciter pour s’être beaucoup investi dans cette cause en sa qualité de Président champion de l’UA en charge de la ZLEC. Il est même allé au-delà de ce que l’on pouvait attendre de lui. Il a convoqué une dizaine de réunions ministérielles qui ont permis l’accélération de la mise en œuvre de ce plan, qui a abouti l’an dernier par la signature de l’accord de libre-échange par 41 pays africains. Aujourd’hui, ce sont 52 pays qui ont déjà signé la zone de libre-échange.»

    Sputnik: Les économies africaines sont très faibles. Dans quelle mesure la ZLEC peut-elle fertiliser le commerce africain et accroître son influence sur le marché mondial?

    Carlos Lopes: «Vous savez, il y a toujours un pessimisme concernant les possibilités d’établir une relation plus forte au niveau commercial entre pays africains. Parce qu’on se dit qu’on produit des choses qui n’intéressent pas le voisin. C’est un leurre. Tous les pays qui ont établi des zones de libre-échange ont bénéficié d’une augmentation considérable de leur commerce régional. Et donc c’est le contraire, quand on a dans le groupe des pays aux petites économies qui ont de la peine à s’insérer dans l’échelle des valeurs globales. Les grands pays, eux, ont une des possibilités de renforcer les transactions, parce qu’ils ont plus de capacité en infrastructure et un marché intérieur considérable.

    Nous pouvons dire d’après les études réalisées que ce n’est pas très différent de ce qui se passe dans les autres pays et régions du monde. Avec la zone de libre-échange, tous les pays gagnent, même si certains gagnent plus et d’autres moins dans des transactions. À mon avis, ceux qui gagnent le plus, c’est parce qu’ils se préparent. Il faut des politiques qui créent des mécanismes et qui permettent de tirer avantage de son insertion dans une telle zone.»

    Sputnik: Le commerce intra-africain tourne autour de 20% des échanges. L’une des raisons en est le sous-financement des économies africaines. Du coup, la croissance économique est statique. Ce qui préoccupe les États est la lutte contre l’inflation. Ne voyez-vous pas là un frein?

    Carlos Lopes: «Je ne pense pas que la croissance soit statique. L’Afrique est l’une des régions qui a la plus grande croissance dans le monde après l’Asie du Sud-est. Cette croissance est tirée de deux éléments: la consommation interne et le prix des matières premières.

    La croissance interne est motivée par la croissance démographique, les infrastructures et l’urbanisation. Et je pense que l’Afrique a toutes les chances d’augmenter cette partie de consommation interne si on se focalise davantage sur le marché africain pour les exportations. Prenons l’exemple des pays producteurs de pétrole comme l’Angola, la Libye ou le Nigéria, etc. Vous allez vous rendre compte que s’ils raffinaient l’ensemble de leur production, ils vendraient leurs produits raffinés aux autres pays africains. Les pays africains continuent d’importer à peu près 70% de leur production pétrolière parce qu’ils ne raffinent pas, ils n’ont pas donné la priorité à l’industrialisation. Pour y arriver, il faut nécessairement des réformes. Et c’est là la complexité. Beaucoup de pays préfèrent la facilité au complexe.»

    Sputnik: Au moment où l’UA prône le libre-échange, le débat autour du FCFA se pose en Afrique. On se souvient il y a quelques jours encore de la déclaration du Président sud-africain, Cyril Ramaphosa, qui évoquait cette question, en proposant une monnaie unique pour l’Afrique. Est-ce qu’une monnaie unique permettrait à l’Afrique d’exprimer sa volonté de puissance?

    Carlos Lopes: «Je ne pense pas que le Président sud-africain ait exprimé le désir d’une monnaie unique. Je crois qu’il a été mal compris. En tout cas, à mon avis, une monnaie unique ce n’est pas la solution en ce moment. La création d’une zone monétaire est très complexe. Vous voyez la crise autour de l’euro, c’est justement parce qu’il y a un certain nombre de caractéristiques de politique de convergence macroéconomique qui ne sont pas encore présentes dans beaucoup de pays européens.

    En Afrique, nous sommes encore à une étape bien antérieure à l’harmonisation tarifaire. Donc on peut avoir cet objectif à très long terme, mais pour l’instant ce n’est pas vraiment la priorité. Ce n’est pas mauvais de mettre le débat sur le FCFA sur la table. C’est peut-être un faux débat de vouloir enterrer cette monnaie. Ce qu’il faut, c’est une transformation du FCFA. Ce n’est plus possible de continuer à avoir une monnaie commune à des États et qui ne favorise pas l’intégration régionale, c’est toujours l’objectif d’une zone monétaire. Et si une zone ne l’atteint pas, c’est qu’il y a anguille sous roche.

    Moi je suis en faveur d’une réforme profonde. Mais je ne partage pas le point de vue selon lequel cette monnaie est responsable de tous les défauts que connaît l’Afrique aujourd’hui. Il y a aussi un certain nombre d’avantages, par exemple le fait que des pays avec des caractéristiques économiques très différentes ont réussi à contrôler l’inflation. Ce n’est pas aussi facile que les gens le croient. Il faut aussi dire que les gens ont une lecture historique marquée par le colonialisme. Mais il faut voir ça avec froideur pour que cette monnaie puisse être un instrument qui booste l’industrialisation et la transformation structurelle, ce qui n’est pas le cas pour le moment.»

    Sputnik: La question de la libre-circulation revient sans cesse en Afrique. En Afrique de l’Ouest, c’est effectif depuis des années et en Afrique centrale seulement depuis 2017. Cela signifie-t-il qu’il y a encore les barrières dans le continent?

    Carlos Lopes: «Ces deux régions ont approuvé la libre circulation, parce que la pratique laisse encore à désirer. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe aux postes-frontière des pays. En Afrique de l’Ouest, il y a beaucoup de difficultés et des barrières. Et même si elles restent informelles, elles sont réelles. Pour ce qui est de l’Afrique centrale, la situation est encore pire. Le principe est accepté, mais avec des réticences de la part de certains pays membres de la CEMAC [Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, ndlr]. Il y a encore du chemin à faire. Mais je reste optimiste. Le traité de libre-circulation de l’union africaine a déjà été signé par une trentaine de pays. On avance dans un principe légal, quoiqu’à pas de tortue, mais on avance.»

    Tags:
    Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEMAC), libre circulation, industrialisation, industrie, crise financière, crise, continent, Afrique centrale, Afrique de l'Est, Afrique de l'Ouest, réforme, réformes, monnaie nationale, monnaie, échange de monnaie, Franc-CFA, Nigeria, Libye, Angola, Organisation de l'unité africaine (OUA), Commission de l'Union africaine (CUA), Union africaine (UA), Europe, Afrique du Sud, zone de libre-échange, libre-échange, échanges, économie mondiale, économies, économie, intra-africain, zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), Carlos Lopes, Afrique, Université de Cape Town
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik