Ecoutez Radio Sputnik
    Les Tunisiens lors de la prière de Ramadan

    En Tunisie, «Un SMS_pour_SOS», la campagne humanitaire pour bien finir ramadan

    © AFP 2019 FETHI BELAID
    Afrique
    URL courte
    Par
    0 44
    S'abonner

    En Tunisie, médias, opérateurs de téléphonie mobile, Mufti de la République et même Chef du gouvernement, tout le monde s’est rangé derrière une initiative née sur les réseaux sociaux. Elle vise à affecter l’aumône de l’Aïd aux orphelins, à travers une procédure de paiement mobile.

    En Tunisie, une mobilisation inédite de la société civile, des médias et du gouvernement a conduit à l’affectation de l’aumône de l’Aïd, en faveur des de l’ONG SOS Villages d’Enfants, qui vient en aide aux enfants défavorisés.

    Le règlement de l’aumône islamique obligatoire (Zakat Al-Fitr), dont les jeûneurs s’acquittent habituellement à la fin du mois de ramadan, se fait désormais par paiement mobile, disponible auprès des trois opérateurs de téléphonie en Tunisie. «C’est le résultat d’efforts consentis par de nombreuses parties», résume à Sputnik Fethi Maaoui, le directeur national des villages SOS Villages d’Enfants, qui rend hommage au rôle joué par les médias tunisiens.

    «Nous sommes naturellement très contents de la concrétisation de cette initiative, parce qu’elle va nous aider à faire face à nos difficultés budgétaires. D’autant plus, elle ne s’inscrit pas uniquement dans le contexte de Zakat Al Fitr. Il sera possible, en effet, de continuer à faire des dons par SMS pendant trois mois encore», se félicite à Sputnik Fethi Maaoui.

    Branche tunisienne de SOS villages d’Enfants international, une ONG humanitaire internationale qui a statut consultatif au conseil économique et social de l’Onu, l’association tunisienne prend en charge près de 1.450 orphelins et autres enfants sans soutien, à travers ses quatre sites en Tunisie ou chez des familles d’accueil.

    Menacée par des difficultés financières depuis que l’association mère a décidé, en 2012, la suspension de ses subventions, SOS Village d’Enfants Tunisie a récemment tiré la sonnette d’alarme. L’appel a notamment été entendu par cette page Facebook de vulgarisateur de concepts économiques, Iqtissad bel fallaqi (L’économie pour les nuls), suivie par plus de 93.000 personnes.

    Son administrateur a proposé que l’aumône, dont devaient s’acquitter beaucoup de Tunisiens incessamment, puisse être affectée aux enfants des villages SOS, par SMS. Souhaitant garder l’anonymat, il a expliqué à Sputnik la motivation de son appel, relayé depuis par plusieurs centaines d’utilisateurs, avant d’être médiatisé.

    «C’est le même objectif poursuivi par la page Facebook, à savoir faire quelque chose de concret pour le pays. C’est pour dire qu’on peut et doit dépasser les clivages, les bisbilles, les querelles personnelles, quand c’est l’intérêt du pays qui est en jeu», explique l’auteur de cette page à Sputnik.

    Inédite au Maghreb, «la procédure est courante dans d’autres pays arabes», précise la source de Spuntik, qui s’est réjouie de l’écho favorable rencontrée par cette initiative.

    Une effervescence qui a conduit le Mufti de la République à encourager cette initiative. Une intervention heureuse de la part de cette autorité religieuse qui fixe, annuellement, le montant de cette aumône destinée exclusivement aux indigents, en prenant en considération l’évolution du coût de la vie (1,700 DNT, en 2019, soit près de 50 centimes d’euro).

    Le Mufti Othman Al Battikh a ainsi estimé que les enfants résidant dans ces centres «devraient recevoir puisqu’ils souffrent d’indigence, notamment en raison de la dégradation de la situation financière de ces centres, ces dernières années». La déclaration, relayée par des médias tunisiens, a permis de lever toute suspicion sur la validité «technique» de la procédure, d’autant plus qu’elle s’est avérée «pratique» pour nombre de Tunisiens.

    «C’est une façon pratique de s’acquitter de la Zakat-al-Fitr, mais c’est surtout très utile», estime Amir, chauffeur dans une société privée. «Comm, notre religion recommande de la donner à l’intérieur d’un délai relativement court [deux jours avant la fin du ramadan et jusqu’à l’aube du jour de l’Aïd], il y a de plus en plus de mendiants devant les mosquées, et parfois même dans la rue, qui espèrent ainsi qu’on va leur donner. Or, on ne sait jamais s’il s’agit de gens qui sont vraiment dans le besoin, ou s’il s’agit de mendiants professionnels (sic).»

    La Présidence du gouvernement a répondu favorablement, vendredi 31 mai, à une demande officielle présentée par l’Association tunisienne, visant à autoriser une levée des fonds par voie de SMS, a précisé Fethi Mâaoui. «À l’occasion de Aid El Fitr, soutenez SOS Villages et donnez votre zakat en envoyant SOS au 85510 à 2.125DT (1,700DT hors taxes). Merci pour votre solidarité», pouvaient recevoir les abonnés des trois opérateurs de téléphonie mobile.

    Les opérateurs téléphoniques ont renoncé, en outre, à percevoir toute redevance sur l’opération, qui n’est ainsi grevée que de la TVA. Le Chef du gouvernement a effectué, mardi 4 juin, une visite au siège de l’association où il s’est engagé à reverser les taxes perçues sur les dons aux villages d’enfants, en promettant de prendre en charge la partie du budget initialement assumée par l’association mère.

     

    Lire aussi:

    Un couple achète un vieux château en France et se met à gagner des millions – photos
    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Tags:
    Iqtissad bel fallaqi (L’économie pour les nuls), Facebook, Fethi Mâaoui, l’Aïd, ONG, Le Mufti Othman Al Battikh, Maghreb, campagne, opérateur, coups de téléphone, portable, réseaux sociaux, SOS Children's Villages, SOS Villages d’Enfants, village, pauvreté, enfants, islam modéré, islamisation, islam, Ramadan, Tunisie, Afrique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik