Afrique
URL courte
Campagne de lutte anti-corruption en Algérie (2019) (31)
9183
S'abonner

Une source militaire a confié au site d’information AGL24 que trois ex-officiers supérieurs, dont un général et un capitaine de l’ex-DDSE algérienne, avaient été condamnés à mort par le tribunal militaire de Blida pour haute trahison et divulgation de secrets d’État à des pays étrangers. D'autres médias tels que TSA démentent.

Le tribunal militaire de Blida, à l’ouest d’Alger, vient de condamner à la peine capitale trois ex-officiers supérieurs de la Direction de la documentation et de la sécurité extérieure (DDSE) et de l’ex-service du renseignement, le Département du renseignement et de la sécurité (DRS), selon une source militaire citée par le site d’information ALG24. Ces trois ex-hauts gradés ont été condamnés pour divulgation de secrets d’État à des pays étrangers et haute trahison, rapporte la même source. Cependant, d'autres médias algériens tels que TSA démentent cette information. Aucune source officielle n'a pour l'instant infirmé ou confirmé ces dires.

​Une des personnes condamnées est le conseiller de l’ancien chef de la DDSE, répondant aux initiales «MD». La deuxième est un capitaine répondant aux initiales «HA», président du Département d’information et d’écoute. Enfin, la dernière est le général «MB», directeur adjoint de l’ex-chef de la DGSE, condamné pour les deux chefs d’accusation cités ci-dessus en plus de celui de complot contre l’État.

Accusés d'«atteinte à l'autorité de l'armée et complot contre l'autorité de l'État», les généraux Toufik, ex-chef du DRS, et Athmane Tartag, ainsi que Saïd Bouteflika, ancien conseiller spécial et frère de l'ex-Président, ont été placés le 5 mai sous mandat de dépôt par le juge d'instruction du tribunal militaire de Blida.

Les trois hommes ont été arrêtés le 4 mai par les services de la DGSI. Le chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, avait auparavant accusé Toufik de comploter contre l'armée et le mouvement populaire. Le général avait également accusé Saïd Bouteflika d'être à la tête d'un groupe ayant confisqué le pouvoir présidentiel dans le pays. Quant à Tartag, ancien chef de la Direction des services de sécurité (DSS), il était considéré comme proche du clan présidentiel, notamment de Saïd Bouteflika.

Dossier:
Campagne de lutte anti-corruption en Algérie (2019) (31)

Lire aussi:

Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Coronavirus: deux nouveaux cas recensés en France
Ce célèbre Français a perdu près de 5 milliards de dollars en 24h à cause du coronavirus
Tags:
haute trahison, peine de mort, condamnation, action en justice, Département du renseignement et de la sécurité algérien (DRS), Armée nationale populaire algérienne (ANP)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook