Ecoutez Radio Sputnik
    Afrique

    Encore un pays africain en proie à ce virus mortel

    CC0 / Pixabay/ qimono
    Afrique
    URL courte
    224

    Une famille ougandaise s’était rendue au Congo pour assister aux funérailles d’un proche mort des suites d’Ebola. À son retour au pays, deux de ses membres ont été emportés par ce virus mortel. Au total, 50 personnes ayant été en contact avec eux sont sous surveillance.

    En Ouganda, deux personnes sont mortes cette semaine des suites d’Ebola. Les médecins suivent de près la situation, craignant une propagation de ce virus mortel qui a pénétré dans le pays depuis le Congo.

    Comme l’indique la presse, le 13 juin, une femme de 50 ans est morte dans un hôpital de l’ouest du pays. Deux jours avant son décès, son petit-fils de 5 ans a quitté ce monde dans ce même établissement.

    Un autre enfant de la famille est mis en quarantaine et huit autres membres sont suivis par les médecins.

    Des mesures ont été adoptées dans la ville pour éviter une épidémie. Ainsi, les rassemblements y ont été prohibés.

    Les membres de la famille en question s’étaient récemment rendus au Congo pour assister aux funérailles d’un proche dont la vie a été emportée par Ebola. De retour en Ouganda, ils ont été arrêtés après que des signes de fièvre ont été constatés par des douaniers. Toutefois, six personnes ont réussi à prendre la fuite et à pénétrer dans le pays via un tronçon de la frontière non contrôlé.

    Les autorités de ce pays africain suivent actuellement de près l’état de santé d’une cinquantaine de personnes avec lesquelles la famille a récemment été en contact. En outre, il est prévu de renforcer les contrôles frontaliers.

    Lire aussi:

    Un Boeing de Kuwait Airways emboutit une passerelle dans l’aéroport de Nice (vidéo)
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    «Je m’en fous des Européens», lance Trump
    Tags:
    décès, morts, virus, Ebola, Ouganda, République du Congo, Afrique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik