Ecoutez Radio Sputnik
    dépression

    Top 3 des pays les plus déprimés du monde arabe, selon une étude

    CC0 / Free-Photos
    Afrique
    URL courte
    5134

    L’Irak, la Tunisie et la Palestine sont les trois pays les plus déprimés du monde arabe, révèle une récente étude publiée par le Guardian. La misère sociale et le chômage sont les principales raisons de cette situation qui pousse beaucoup de jeunes à quitter leur pays, quitte à le faire clandestinement.

    Selon Une enquête récemment réalisée par BBC News Arabic and Arab Barometer, un réseau de recherche basé à l’Université de Princeton a révélé que Tunisie était le deuxième pays le plus déprimé du monde arabe, après l’Irak. Menée auprès de 25.000 personnes issues de 11 pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, cette étude publiée par The Guardian indique que 43% des Irakiens se déclarent déprimés, suivis des Tunisiens (40%) et des Palestiniens (37%). En Algérie et au Maroc, le taux est de 20%.

    Cette situation est essentiellement liée aux conditions socio-professionnelles des gens, notamment chez les jeunes, très concernés par le chômage, d’après l’enquête.

    «Plus important encore, dans la grande majorité des pays étudiés, les gouvernements ne répondent pas aux attentes de leurs citoyens», a déclaré Michael Robbins, directeur de Arab Barometer. «Souvent, la confiance dans le gouvernement suit plus étroitement les performances en matière de sécurité que sur les questions économiques», a-t-il précisé.

    L’Immigration, la seule solution que les jeunes envisagent dans ces pays

    En Algérie, en Égypte, en Jordanie, au Liban, au Maroc, en Palestine et en Tunisie, 52% des jeunes interrogés, âgés entre 19 et 29 ans, ont déclaré leur intention d’émigrer, soit une augmentation de 10% par rapport à 2016.

    Selon la même étude, plus de 40% des Algériens, Soudanais et Tunisiens, et 38% des Irakiens, Marocains et Yéménites ont déclaré vouloir tenter l’immigration clandestine.

    L’Europe était le premier choix des Nord-Africains, tandis que les Égyptiens, les Soudanais et les Yéménites privilégiaient les pays du Golfe. L’Amérique du Nord est quant à elle la première destination des Jordaniens et des Libanais.

    Le recul de la pratique religieuse

    Souvent marqué par un taux de religiosité élevé, les peuples arabes se détournent de plus en plus de la religion, toujours selon l’étude. «Depuis 2013, le nombre de personnes se considérant comme "non religieuses" dans la région arabe est passé de 8% à 13%. L’augmentation est plus forte chez les moins de 30 ans, parmi lesquels 18% s’identifient comme non religieux», précise-t-elle.

    La confiance envers les chefs religieux a également diminué partout, sauf au Yémen. L’Iraq, la Palestine et le Soudan ont enregistré les baisses de confiance les plus fortes. Alors que la confiance dans les mouvements, tels que le Hamas, le Hezbollah, Ennahdha et les Frères musulmans*, est encore plus faible que celle accordée aux chefs religieux.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    «Kim Jong-un» charrie les armes françaises et s’invite au défilé du 14 juillet à Paris - vidéo
    «On a pris Paris plus vite que les Allemands»: des supporters algériens exultent – vidéo
    «Cela ne ressemble pas à une blague»: Zineb El Rhazoui face aux propos d’une humoriste sur la supériorité des Algériens
    Tags:
    chômeur, chômage, dépression, Irak, Maroc, Algérie, Tunisie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik