Afrique
URL courte
166
S'abonner

Le Maroc est le champion au Maghreb en termes d’accès à l’Internet 4G et le deuxième en Afrique après le Sénégal, a indiqué un rapport du cabinet britannique OpenSignal.

Dans son dernier rapport sur l’accès aux données mobiles, le cabinet britannique OpenSignal a indiqué que le Maroc occupait la 2e place en termes de performance et de disponibilité de la 4G en Afrique. Le royaume chérifien arrive ainsi derrière le Sénégal, devançant l’Afrique du Sud. La Tunisie et l’Algérie sont respectivement classées aux 5e et 10e places.

​Selon OpenSignal, le Sénégal a obtenu le score de 77,2%, suivi du Maroc (76,8%) et de l’Afrique du Sud (75,9%). La Tunisie et l’Algérie ont obtenu respectivement les scores de 71,8% et 56,5%.

Le même rapport a souligné que le royaume chérifien dépassait certains marchés bien plus avancés dans «un domaine largement dominé par la Corée du Sud, le Japon et la Norvège à l’échelle mondiale».

S'agissant de la vitesse de téléchargement des données mobiles, le rapport fait ressortir que le Maroc figure à la 3e place avec 11,2 Mbps (Méga bytes par seconde), derrière la Tunisie (13,4 Mbps) et l'Afrique du Sud, à la première place avec 15 Mbps. L'Algérie, en 10e place, a une vitesse moyenne de téléchargement de seulement 3,1 Mbps.

​Le Maroc est également en tête des pays du Maghreb en matière de débit Internet. Selon une étude réalisée par le site britannique spécialisé Cable, le royaume chérifien se trouve à la 100e place sur 207 pays, loin devant la Tunisie qui arrive à la 114e place, la Libye (166e place), l’Algérie (182e place) et la Mauritanie à la 204e place.

Lire aussi:

L’homme et la femme les plus riches du monde sont Français, selon Forbes
Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Le FMI a dépisté des signes de l’approche d’une nouvelle Grande dépression
Tags:
Maghreb, Afrique, technologie 4G, Internet, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik